UN FORUM POUR TOUS CEUX QUI AIMENT OU QUI VEULENT DECOUVRIR LE TENNIS

Le tennis c'est la volonté, l'amour de la compétition, le dépassement de soi, du talent, beaucoup de travail mais surtout de la passion
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 LUCAS POUILLE (Français)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9
AuteurMessage
jeusetmatch

avatar

Messages : 54625
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: LUCAS POUILLE (Français)   Lun 26 Sep 2016 - 5:55

Rappel du premier message :

Lucas Pouille

source : wikipédia
Lucas Pouille, son entraîneur Emmanuel Planque en arrière plan


Carrière professionnelle
2013
Nationalité : France
Naissance 23 février 1994 (22 ans)
Grande-Synthe, Nord
Taille / poids 1,85 m (6′ 1″) / 81 kg (178 lb)
Prise de raquette Droitier
Entraîneur Emmanuel Planque
Gains en tournois 2 283 872 $

Palmarès

En simple
Titres 1
Finales perdues 1
Meilleur classement 16e (26/09/2016)
En double
Titres 0
Finales perdues 0
Meilleur classement 79e (11/04/2016)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple 1/64 1/32 1/4 1/4
Double 1/2 1/32 1/32 1/16


Lucas Pouille, né le 23 février 1994 à Grande-Synthe dans le Nord, en France, est un joueur de tennis français, professionnel depuis 2013.

Il remporte son premier titre en simple sur le circuit ATP au tournoi de Moselle 2016.



Dernière édition par jeusetmatch le Lun 31 Oct 2016 - 6:53, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne

AuteurMessage
tipou



Messages : 114865
Date d'inscription : 05/12/2011

MessageSujet: Re: LUCAS POUILLE (Français)   Jeu 11 Oct 2018 - 9:59

ATP : Pouille revient la semaine prochaine
Aurélie SACCHELLI, publié le mercredi 10 octobre 2018 à 21h50
https://sports.orange.fr/tennis/atp/article/atp-pouille-revient-la-semaine-prochaine-CNT0000017jAuf.html

Absent du circuit depuis la demi-finale de la Coupe Davis mi-septembre pour cause de blessure à la fesse, Lucas Pouille fera son retour sur le circuit la semaine prochaine à l'occasion du tournoi ATP 250 de Stockholm.

Enfin une bonne nouvelle pour le tennis français ce mercredi ! Alors qu'Alizé Cornet a été éliminée au deuxième tour à Hong Kong et que Richard Gasquet et Benoit Paire ont également été sortis au deuxième tour au Masters 1000 de Shanghai, ce qui signifie qu'il n'y aura plus de Français dans le Top 20 lundi prochain (une première depuis 2006 !), Lucas Pouille a annoncé son retour sur le circuit. L'actuel 18eme mondial (qui sera au mieux 22eme lundi) et meilleur Français avait déclaré forfait pour le tournoi de Metz puis la tournée asiatique, après s'être blessé au niveau de la fesse lors de la demi-finale de la Coupe Davis contre l'Espagne mi-septembre. Mais il sera de retour la semaine prochaine lors du tournoi de Stockholm. C'est la première fois qu'il participera au tournoi suédois, de catégorie ATP 250. Il devrait ensuite la semaine suivante aller défendre son titre à Vienne (et les 500 points qui vont avec), puis disputer le Masters 1000 de Paris-Bercy, avant la finale de la Coupe Davis contre la Croatie à Lille. Si son physique tient, bien sûr...


VIDEOhttps://twitter.com/la_pouille/status/1050088136879960065
Revenir en haut Aller en bas
tipou

avatar

Messages : 114865
Date d'inscription : 05/12/2011

MessageSujet: Re: LUCAS POUILLE (Français)   Mer 31 Oct 2018 - 20:49

Rolex Paris Masters : Lucas Pouille, la «spirale négative»
Publié le mercredi 31 octobre 2018 à 15:53 | Mis à jour le 31/10/2018 à 15:54
https://www.lequipe.fr/Tennis/Actualites/Rolex-paris-masters-lucas-pouille-la-spirale-negative/954762

Après un début de saison honnête et agrémenté d'un titre, Lucas Pouille a été emporté dans une spirale de résultats négatifs. La Coupe Davis reste sa seule perspective pour finir 2018 sur une note positive.

«De mars à septembre, je n'ai pas gagné de match.» Lucas Pouille a même noirci le trait, mardi, au moment d'évoquer sa saison après sa défaite au Rolex Paris Masters contre Gilles Simon. Alors bien sûr, il n'est pas resté six mois sans victoire sur le circuit mais cette phrase traduit bien l'idée générale de sa saison qui le laisse «pas satisfait». Seule sa victoire à Montpellier en février lui a offert une éclaircie. Ensuite, il a été entraîné dans une «spirale négative». Les changements s'imposent : «Il va falloir faire un bon point et remettre les choses à plat pour voir comment redémarrer cette saison 2019 de la meilleure des manières», estime-t-il. En attendant 2019, le bilan de 2018 est maigre.

25
Le nombre de victoires de Pouille sur le circuit cette saison (pour 20 défaites). C'est en deçà de 2017 (36V / 22D) et de 2016 (34V / 22D)

Deux victoires en Masters 1000
En 2016 (année de son explosion avec deux quarts en Grand Chelem à Wimbledon et l'US Open) et 2017, le Nordiste avait joué une demi-finale en Masters 1000 dans sa saison (Rome en 2016, Monte-Carlo 2017). Il restera bloqué à deux victoires en tout dans cette catégorie de tournoi en 2018 avec son élimination prématurée à Bercy. Il a battu Andy Murray à Cincinnati et Andreas Seppi à Rome. Le reste a été une succession de contre-performances avec, notamment, cette défaite à Indian Wells contre Yuki Bhambri (n°110).

Pas de sursaut en Grand Chelem
Son bilan 2017 en Grand Chelem avait déjà été en retrait par rapport à l'année précédente. Son huitième de finale à l'US Open était venu rehausser l'impression générale. En 2018 pas grand-chose à sortir. Il a fini sa saison de Majeurs sans qualification pour la deuxième semaine, avec cinq victoires pour quatre défaites, des revers surprenants (contre Ruben Bemelmans au premier tour de l'Open d'Australie) et frustrant (au troisième tour à l'US Open face à Joao Sousa et après avoir perdu trois jeux décisifs).

De la 10e à la 32e place mondiale
Son passage a été furtif puisqu'il n'y est resté qu'une semaine mais Pouille est devenu le douzième français à faire son entrée dans le top 10 du classement ATP, à la dixième place. Un paradoxe dans une année bien terne mais qui n'a pas duré. Depuis cette semaine de mars, il est inexorablement redescendu au classement jusqu'à sortir du top 30 il y a quelques jours à la suite de la perte de ses points à Vienne (titre en 2017). Au classement, l'ancien n°1 français est désormais quatrième derrière Richard Gasquet, Gaël Monfils et Gilles Simon.

0
Sur l'ensemble de sa saison, Lucas Pouille n'a jamais battu un joueur mieux classé que lui au classement ATP.

La Coupe Davis encore une fois ?
La Coupe Davis a été une respiration avec ses victoires contre Andreas Seppi et Fabio Fognini en avril contre l'Italie et son succès contre Roberto Bautista Agut lors de la demie face à l'Espagne. Il reste une finale à jouer et un titre à défendre. L'homme de la victoire décisive en 2017 est un candidat évident mais sa méforme est venue brouiller encore un peu plus une situation floue. «Sélectionner, c'est une chose mais jouer et gagner en est une autre. Je n'ai pas juste envie d'être sélectionné pour dire : je suis en équipe de France ! Pas du tout !», a-t-il expliqué en conférence de presse mardi. Cette finale pourrait en tout cas lui offrir une belle sortie pour 2018. 

L. A., à Bercy
Revenir en haut Aller en bas
tipou

avatar

Messages : 114865
Date d'inscription : 05/12/2011

MessageSujet: Re: LUCAS POUILLE (Français)   Jeu 8 Nov 2018 - 21:59

Lucas Pouille et Emmanuel Planque se séparent
Publié le jeudi 8 novembre 2018 à 14:16 | Mis à jour le 08/11/2018 à 14:53
https://www.lequipe.fr/Tennis/Actualites/Lucas-pouille-et-emmanuel-planque-se-separent/957157

Le Français Lucas Pouille et Emmanuel Planque, son entraîneur, ont fait savoir jeudi qu'ils avaient mis un terme à leur collaboration.

Lucas Pouille et Emmanuel Planque, c'est fini. Le Français, actuel 32e mondial, et son entraîneur ont pris la décision, «d'un commun accord», de mettre un terme à leur collaboration, a indiqué jeudi l'attachée de presse du joueur.

Le duo travaillait ensemble depuis six ans. Avec Emmanuel Planque, Lucas Pouille a atteint la 10e place au classement ATP, en mars 2018. Mais il sort d'une saison difficile, avec certes un titre à Montpellier et deux finales à Dubai et Marseille, mais sans avoir fait mieux qu'un troisième tour en Grand Chelem et un bilan d'à peine deux victoires pour sept défaites (donc cinq premiers tours) en Masters 1000.
Revenir en haut Aller en bas
tipou

avatar

Messages : 114865
Date d'inscription : 05/12/2011

MessageSujet: Re: LUCAS POUILLE (Français)   Jeu 8 Nov 2018 - 22:04

Eric Winogradsky : «Le discours s'use en fonction de la période que l'on traverse»
Publié le jeudi 8 novembre 2018 à 20:21
https://www.lequipe.fr/Tennis/Actualites/Eric-winogradsky-le-discours-s-use-en-fonction-de-la-periode-que-l-on-traverse/957332

L'ancien entraîneur de Jo-Wilfried Tsonga revient sur la rupture entre Lucas Pouille et son coach Emmanuel Planque.

Coach de Jo-Wilfried Tsonga de fin 2004 à mars 2011, «Wino» trouve beaucoup de similitudes entre leur histoire et le parcours de six ans qui a uni Lucas Pouille à Manu Planque : même âge, même classement, même ambitions et même rupture, lorsque les résultats ne sont plus à la hauteur des ambitions affichées.

«La rupture entre Lucas Pouille et Manu Planque vous rappelle-t-elle quelque chose ? 
C'est surtout l'aventure qui a précédé qui me rappelle quelque chose. Manu et Lucas ont commencé en 2012, ce qui fait six ans de collaboration. C'est donc une aventure plus longue que la moyenne, qui doit être de trois ou quatre ans sur le circuit. C'est un vrai parcours de formation, exactement comme celui que j'ai connu avec Jo (Tsonga). Il était à peu près dans les mêmes eaux que Lucas (environ 700e) et il avait le même âge. On récupère un joueur en construction, le produit est loin d'être fini. C'est un métier différent que celui de coach, au sens strict du terme. Sur le circuit, un coach prend un joueur arrivé à maturité.

Jeunes, Tsonga et Pouille étaient déjà très ambitieux ? 
Lucas avait 18 ans, il sortait de l'Insep et il avait déjà un projet très clair. Il savait exactement ce qu'il voulait. Il était très ambitieux. Il voulait basculer très vite sur le circuit senior. Les deux aventures se ressemblent beaucoup. Jo avait eu à peu près la même programmation que lui, même s'il ne voulait plus entendre parler des Futures. Lucas a fait la bascule. Manu l'a aguerri très vite.

Prendre un joueur aussi jeune, c'est compliqué ? 
C'est une aventure différente. Quand tu prends un joueur à cet âge, c'est du non-stop : sept jours sur sept, vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Arrivé à un certain niveau, c'est différent : le joueur a besoin d'avoir des périodes où il est un peu plus seul. Le coach en profite pour souffler. Mais, au début, tu es dans une formation de tous les instants. A la limite, j'ai passé plus de temps avec Jo qu'avec ma propre famille ! Mais c'est le jeu. Le métier d'entraîneur-formateur, c'est une vocation. On construit un jeu, bien sûr, mais on est aussi dans l'humain et l'émotionnel.

«Même si tu sens le coup venir, tu prends un gros coup de massue»

On dit souvent qu'avec les années, le discours du coach s'use et qu'il perd tout impact... 
Je dirais que le discours s'use en fonction de la période que l'on traverse ! J'ai rarement vu un joueur ou une joueuse arrêter avec son coach quand tout va bien. C'est peut-être arrivé mais c'est extrêmement rare. Après, quand les résultats ne sont plus là, que le joueur sent qu'il ne progresse plus, qu'il ne trouve plus de solution, ça peut poser problème, même si les relations sont bonnes. Il n'y a qu'une chose qui intéresse un joueur, c'est de continuer à avancer. Si les perfs ne sont plus à la hauteur des espérances, la rupture peut arriver.

C'est dur quand ça se finit ? 
Pour être honnête, c'est assez horrible. Quand tu travailles aussi longtemps avec une personne, il y a bien autre chose que la relation entraîneur-joueur. Forcément, derrière, c'est dur. Même si tu sens le coup venir, tu prends un gros coup de massue. J'avais eu la chance d'avoir quelques jours pour prendre du recul. On dit souvent que ce métier, c'est une machine à laver. On est pris dans un tourbillon qui ne s'arrête jamais. On ne vit et on ne raisonne que pour ça. On peut finir par perdre de vue les réalités de la vie, sa femme, ses enfants... Mais la séparation n'est pas un moment très agréable à vivre. Quelle que soit la relation que l'on garde. Je pense que Manu et Lucas en garderont une très bonne. Pareil pour moi avec Jo. C'est d'ailleurs une fierté. Ça veut dire que l'entraîneur a fait du bon taf, pour l'athlète mais aussi pour l'être humain qu'il a contribué à former. Ça veut dire que la construction a été saine. C'est extrêmement gratifiant.» 

Vincent Cognet
Revenir en haut Aller en bas
tipou

avatar

Messages : 114865
Date d'inscription : 05/12/2011

MessageSujet: Re: LUCAS POUILLE (Français)   Jeu 8 Nov 2018 - 22:26

POUILLE ET PLANQUE, LA FIN DE L’HISTOIRE
Par Romain Schneider
Publié le 08/11/2018 à 15h04
http://sport24.lefigaro.fr/tennis/atp/actualites/pouille-et-planque-la-fin-de-l-histoire-932480

C'est fini entre Lucas Pouille et Emmanuel Planque. Le joueur et son entraîneur ont fait savoir jeudi qu'ils avaient mis un terme à leur collaboration.

Pouille et Planque, c’est terminé. La décision aurait été prise d’un commun accord. Les deux hommes travaillaient ensemble depuis six ans. Sous la houlette d'Emmanuel Planque, Lucas Pouille a notamment atteint la 10ème place mondiale en mars 2018. Mais il a surtout vécu une année noire, en enchaînant les désillusions sur les courts. Sur le circuit, le joueur de 24 ans, a remporté 25 victoires, pour 20 défaites et le Français, vainqueur d’un tournoi à Montpellier, n'a jamais gagné un match contre un joueur mieux classé que lui. Depuis 2017, il a été battu à neuf reprises au premier tour des 15 Masters 1000 qu’il a disputés. Des résultats très éloignés des belles promesses de son année 2016, où il était passé en quelques mois de la 88e place au top 20 mondial, avec notamment, deux quarts de finale en Grand Chelem consécutifs à Wimbledon, puis l’US Open.

Tourner la page
Et même si cette décision n’est pas une vraie surprise, elle n’en reste pas moins forte, car les deux hommes sont très proches. Rencontré mercredi dans un palace parisien, le 32e mondial nous avait confié ses envies de changement pour 2019. Il fallait lire entre les lignes que son avenir se ferait sans son mentor. «On est train de changer certaines choses. Je veux revoir mes priorités et repartir sur de bonnes bases. Cette année n’est pas à l’image de ce que je suis capable de faire. Je sais ce que j’ai fait, je sais ce que je ne dois pas refaire. Je finis 32e et j’ai l’impression d’avoir fait la pire année de ma vie. Je sais où j’ai envie d’aller et si l’année prochaine je suis encore 30e à la même période c’est que ce sera mon niveau.  Je finis l’année avec des regrets. Il n’y aura pas de regrets l’année prochaine».

Reste désormais à l’ancien numéro un français, qui ne souhaite pas pour le moment s’exprimer sur le sujet, de trouver un nouveau coach pour attaquer 2019. Tommy Haas, qui a accompagné l’espoir du tennis français sur plusieurs tournois, fait toujours officiellement partie de son staff… En attendant, reste une finale de Coupe Davis à gagner contre la Croatie (23-25 novembre). Le natif de Grande-Synthe s’en remettra donc au staff de l’équipe de France pour préparer la finale. L’an passé, face à la Belgique, Emmanuel Planque avait aidé son joueur à préparer le match décisif gagné contre Steve Darcis.
Revenir en haut Aller en bas
tipou

avatar

Messages : 114865
Date d'inscription : 05/12/2011

MessageSujet: Re: LUCAS POUILLE (Français)   Sam 10 Nov 2018 - 10:57

JEU DECISIF - Pouille dans le miroir
Christophe Thoreau Yahoo Sport9 nov. 2018 à 15:14
https://fr.sports.yahoo.com/news/jeu-decisif-pouille-dans-le-miroir-141453409.html

Mauvais résultats = changement d’entraîneur. En sport, on connait cette veille rengaine. Mais l’intéressé doit aussi savoir se remettre en question.

Ainsi, Lucas Pouille, 24 ans, et Emmanuel Planque ont choisi d’un commun accord, de se séparer après six ans de collaboration. En tennis, l’entraineur et son joueur sont humainement très proches. Un divorce est donc presque toujours un crève-coeur. Celui-là l’est forcément parce qu’avant cette séparation, l’histoire fut belle, très belle même et, qui sait, peut-être trop rapide pour Pouille. Il n’est jamais facile à 20 ans et quelques de dompter la lumière aveuglante de la célébrité et ce poison qu’est parfois l’argent facile. Je ne sais pas si cela a pu affecter le joueur français mais il n’est jamais inutile de rappeler cet aspect, pas si facile à gérer pour certains.

Avec Planque, Pouille est passé de la 700e place mondiale au top 10, un parcours couronné par deux quarts de finale en Grand Chelem (Wimbledon et US Open 2016 avec un retentissante victoire sur Rafael Nadal), cinq titres ATP sont un « 500 » et le point décisif en finale de la Coupe Davis l’an passé. Dit autrement : d’un jeune espoir en construction de 18 ans, Planque a fait du Nordiste, une valeur sûre du circuit, appelée à devenir le numéro 1 français et le trait d’union entre la génération Tsonga & cie, et celle, disons, des Humbert-Moutet. Et puis la machine s’est grippée progressivement pour en arriver à une saison 2018 où les peines ont été plus nombreuses que les joies.

Changer d’entraîneur est une chose (le fameux nouveau message, un regard venu de l’extérieur, etc, etc…) mais dans un sport individuel, c’est avant tout le joueur qui doit se remettre en question. A commencer par se demander s’il a le sentiment au quotidien de faire son possible ? De ne rien laisser au hasard. De se mettre dans les conditions ne pas avoir de regrets. D’être certain d’avoir parfaitement activé tous les leviers en sa possession. Et même plus largement d’être bien sûr que cette vie extra-ordinaire, au sens premier du terme, le rend heureux…

Cette démarche, c’est la base, tout comme celle d’être au top physiquement. En tennis, quand on est en proie au doute, quand on a du mal à démêler les noeuds psychologiques, il faut retrouver une bonne base. Et cette base, c’est celle d’un physique en acier afin de s’offrir une première certitude avant d’entrer sur le court et de se dire « sur ce plan, au moins, je suis prêt ». C’est un atout et un confort considérables avant d’aller tenter de régler des problèmes plus « technico-tactiques ».

Bien sûr le choix du successeur de Planque, dont on ne dira jamais assez qu’il est dans le haut du panier des entraîneurs, va être important pour Lucas Pouille. Mais le garçon, qui fait partie de l’écurie Tiriac/Tsobanian, est bien entouré. J’ai presque envie de dire que quel qu’il soit, l’heureux élu sera bon. Car l’essentiel se joue ailleurs. Sous la casquette de Pouille pour commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LUCAS POUILLE (Français)   

Revenir en haut Aller en bas
 
LUCAS POUILLE (Français)
Revenir en haut 
Page 9 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
UN FORUM POUR TOUS CEUX QUI AIMENT OU QUI VEULENT DECOUVRIR LE TENNIS :: LE CIRCUIT MASCULIN :: LES JOUEURS :: LES JOUEURS FRANCOPHONES-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: