UN FORUM POUR TOUS CEUX QUI AIMENT OU QUI VEULENT DECOUVRIR LE TENNIS

Le tennis c'est la volonté, l'amour de la compétition, le dépassement de soi, du talent, beaucoup de travail mais surtout de la passion
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Partagez | 
 

 FOOT- L'EQUIPE DE FRANCE -LES BLEUS-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 14 ... 23  Suivant
AuteurMessage
jeusetmatch

avatar

Messages : 44763
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: FOOT- L'EQUIPE DE FRANCE -LES BLEUS-   Mar 10 Juil 2012 - 12:02

Rappel du premier message :


L'équipe de France de football, créée en 1904, est l'équipe nationale qui représente la France en football masculin. Elle est constituée par une sélection de joueurs français dirigée sous l'égide de la Fédération française de football (FFF).

Avec comme meilleur résultat sa troisième place à l'issue de la Coupe du monde 1958, le palmarès de l'équipe de France reste vierge jusqu'aux années 1980. Victorieuse à domicile du championnat d'Europe des nations en 1984, elle remporte le titre olympique à Los Angeles la même année et la Coupe intercontinentale des nations en 1985. L'équipe atteint son sommet à la fin du XXe siècle. Pays hôte de la Coupe de monde 1998, la France gagne la compétition en battant le Brésil en finale (3-0) le 12 juillet 1998 au Stade de France. Avec une formation à l'ossature identique, elle remporte dans la foulée l'Euro 2000 grâce à sa victoire sur l'Italie en finale (2-1, but en or), le 2 juillet 2000 à Rotterdam, premier doublé Mondial-Euro réalisé dans ce sensNote 1. Les Bleus s'adjugent encore deux coupes des Confédérations en 2001 et 2003. Ils occupent la 1re place du classement mondial de la FIFA de mai 2001 à juin 2002. Enfin, ils atteignent la finale de la Coupe du monde 2006 en Allemagne, qu'ils perdent aux tirs au but face à l'Italie. L'équipe de France traverse ensuite une période plus difficile : éliminations au premier tour et sans victoire à l'Euro 2008 et au Mondial 2010 avec Raymond Domenech comme sélectionneur, puis quart de finale à l'Euro 2012 sous la baguette de Laurent Blanc qui laisse sa place à Didier Deschamps après cette compétition.

La France est la première sélection à avoir remporté toutes les compétitions internationales : Coupe du monde (1998), Jeux olympiques (1984), coupe des Confédérations (2001, 2003) et son championnat continental (1984, 2000).


Depuis 1904, l'équipe de France a été marquée par plusieurs générations de footballeurs talentueux. Celles-ci ont obtenu leurs meilleurs résultats emmenées par les joueurs emblématiques qu'ont été Raymond Kopa de 1952 à 1962, l'actuel président de l'UEFA Michel Platini de 1976 à 1987 et Zinedine Zidane entre 1994 et 2006. Par ailleurs, Didier Deschamps a été le capitaine des Bleus lors des victoires à la Coupe du monde 1998 et à l'Euro 2000.

Le coq gaulois est le symbole de l'équipe et les couleurs bleu, blanc et rouge sont celles du pays. Le maillot de l'équipe de France arbore une étoile au-dessus du coq depuis sa victoire en Coupe du monde 1998. Les joueurs de l'équipe de France sont appelés les Bleus parce que leur uniforme officiel est bleu.


Dernière édition par jeusetmatch le Jeu 10 Oct 2013 - 5:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne

AuteurMessage
jeusetmatch



Messages : 44763
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: FOOT- L'EQUIPE DE FRANCE -LES BLEUS-   Ven 19 Oct 2012 - 7:48

Pour eux, Madrid a été une vraie victoire - Football
Jeu. 18/10/2012 - 14:01
Mardi soir à Madrid, quatre Bleus ont crevé l'écran: Lloris, Matuidi, Valbuena et Giroud. Zoom sur ces individualités qui ont marqué des points précieux.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
jeusetmatch

avatar

Messages : 44763
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: FOOT- L'EQUIPE DE FRANCE -LES BLEUS-   Dim 21 Oct 2012 - 10:56

http://www.fff.fr/bleus/actu/543561_les-chiffres


http://www.fff.fr/common/bib_img/pages/543561.jpg
Espagne-France
Les chiffres

A l'issue du match nul (1-1) entre l'Espagne et la France mardi soir à Madrid dans le cadre des qualifications au Mondial 2014, découvrez les chiffres marquants sur les deux équipes en tête de leur groupe.

Olivier Giroud a mis fin à la série de 817 minutes d'Iker Casillas
sans encaisser de but, soit plus de 13 heures, record de la sélection espagnole. Antonio Di Natale était le dernier joueur à battre le portier de la Roja avant ce soir, c'était en match de poule de l'EURO 2012.


Giroud n'a touché que 3 ballons ce soir, soit 1 but et 2 passes réussies. Il fallait remonter au 10 août 2011 pour voir les Bleus marquer de la tête (Rémy contre le Chili).

Giroud a marqué exactement 364 secondes après son entrée en jeu. C'est son 2ème but en Bleu, son premier remontant au 29 février contre l'Allemagne, également à l'extérieur.

Blaise Matuidi a effectué 10 interceptions ce soir, soit deux fois plus que n'importe quel autre joueur sur la pelouse du Calderon (Debuchy, 5).

Franck Ribéry a été directement impliqué dans les 4 derniers buts des Bleus
: double passeur et buteur contre le Belarus, passeur ce soir.

Les Bleus ont effectué 1 tir en 1ère mi-temps et 10 en 2ème mi-temps.

L'Espagne restait sur 24 victoires consécutives en éliminatoires (Coupe du Monde + EURO). Il fallait remonter au 8 septembre 2007 pour voir la Roja ne pas gagner en matches de qualification, c'était à Reykjavik contre l'Islande (1-1). Il fallait remonter plus loin pour voir l'Espagne perdre des points à domicile lors d'éliminatoires, c'était le 7 septembre 2005 contre la Serbie et Monténégro (1-1) à Madrid.

L'équipe de France n'a perdu qu'un seul de ses 8 affrontements compétitifs avec l'Espagne (lors des quarts de finale de l'EURO 2012), pour 2 nuls et 5 victoires.

Zinedine Zidane était le dernier Bleu à marquer contre l'Espagne avant Olivier Giroud ce soir. C'était lors de la victoire 3-1 en quart de finale de la Coupe du Monde 2006. Franck Ribéry avait aussi marqué.


L'équipe de France a dû attendre la 33ème minute ce soir avant d'effectuer son premier tir du match, une frappe cadrée par Karim Benzema.

Benzema n'a converti aucun de ses 37 derniers tirs en Equipe de France. Il reste sur 749 minutes de jeu sans marquer avec les Bleus, son dernier but remontant au 5 juin 2012, contre l'Estonie.

Hugo Lloris a repoussé les 2 derniers penalties qu'il a subis en Equipe de France : contre le Belarus et l'Espagne. En tout, il a repoussé 50% des penalties subis en Bleu, soit 2 sur 4.

La France a concédé 5 penalties lors de ses 4 dernières rencontres face à l'Espagne en matches compétitifs. Seuls 3 de ces penalties ont été convertis.

Aucun joueur n'a effectué plus de tirs que le défenseur central Sergio Ramos (3).

Il fallait remonter au 17 novembre 2010 pour voir la France encaisser un but sur corner, c'était contre l'Angleterre (2-1).

L'Espagne n'a plus perdu à domicile en match compétitif depuis le 7 juin 2003, c'était contre la Grèce à Saragosse (0-1) lors des éliminatoires pour l'EURO 2004.


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
*Fan2RafaEtMaria*



Messages : 8282
Date d'inscription : 06/12/2011

MessageSujet: Re: FOOT- L'EQUIPE DE FRANCE -LES BLEUS-   Mar 23 Oct 2012 - 22:44

Merci jeusetmatch Smile
Revenir en haut Aller en bas
*Fan2RafaEtMaria*



Messages : 8282
Date d'inscription : 06/12/2011

MessageSujet: Re: FOOT- L'EQUIPE DE FRANCE -LES BLEUS-   Mar 23 Oct 2012 - 22:51

Deschamps : "Une aberration totale"
Football - Qualif. Coupe du monde 2014
Publié le 23/10/2012 à 19:03
http://www.eurosport.fr/football/world-cup-qualification-uefa/2014/equipe-de-france-

Didier Deschamps juge "inadmissible" l’attitude des cinq internationaux Espoirs qui ont fait le mur la semaine dernière. Le sélectionneur, qui nous a reçus mardi, est beaucoup plus satisfait du comportement de son équipe, allée faire match nul en Espagne. La performance de ses hommes valide ses choix.

On imagine que vous avez passé une bonne semaine depuis le match Espagne - France...

DIDIER DESCHAMPS : Oui, surtout que je n'ai plus de matches tous les trois ou quatre jours. Lorsqu'on sort d'une période aussi intense avec ces matches, il est évident que le résultat et le comportement conditionnent pas mal ce qui peut être écrit et dit par la suite. Après une performance et un résultat nul en Espagne, les jours qui suivent sont plutôt agréables.

Sur quels ressorts avez-vous joué pour obtenir des joueurs ce que l'on n'avait pas vu d'eux depuis très longtemps ?

D.D. : Il fallait qu'ils aient confiance, qu'ils se rendent compte de leurs qualités et que celles-ci ne pouvaient s'exprimer qu'à travers le collectif. Ça, c'est pour la partie technique. Après, quand on rencontre une équipe de la valeur de l'Espagne, dans les jours qui précédent, il faut être convaincu qu'on est capable de faire un très bon résultat, d'aller au bout de soi-même et de donner le maximum. La pire des choses aurait été de ressortir de ce match avec des regrets.

Avez-vous eu l'impression de gagner contre une forme de scepticisme ? Après le Japon, beaucoup de questions tournaient au niveau du talent des joueurs...

D.D. : Non, je ne gagne pas sur ce terrain-là. Avec les joueurs, il faut gagner face à l'adversaire. Après, on ne peut pas empêcher les gens d'analyser et de critiquer, même si, parfois, ça peut-être injuste. Et je suis gentil en disant parfois. On passe d'un extrême à l'autre. Lorsqu'on écoute ce qui se dit avant le match, trois heures après, ils sont obligés de dire l'inverse.

A l'issue d'un tel match, pensez-vous avoir gagné du temps dans la construction de votre équipe ?

D.D. : Du temps, non. De la tranquillité et de la sérénité, oui. Mi-novembre, on va en Italie et tout peut être remis en cause. Notre objectif est d'aller au Brésil. On a joué trois matches, on a sept points avec un match nul en Espagne. C'est plutôt positif pour la confiance et pour les joueurs. Ça a peut-être déclenché quelque chose autour, chez les spectateurs qui ont vibré et apprécié l'attitude des joueurs. Ces derniers peuvent espérer avoir plus de soutien car ils en ont besoin aussi. On n'est pas les plus nuls, on n'est pas les meilleurs. Mais des matches comme ceux-là permettent de matérialiser tout ce qu'il y a de positif. Et de faire en sorte que les gens croient en cette équipe.

Au lendemain du match de Madrid, vous avez croisé Laurent Blanc avec le Variétés Club de France. Avez-vous parlé du match ?

D.D. : Non, on s'est salué. Il m'a félicité mais nous n'en avons pas parlé. Ce serait déplacé, de par sa position et la mienne.

On a souvent dit de cette équipe qu'elle manquait de leaders. Quelques mois après votre arrivée, avez-vous cette impression ou mérite-t-elle d'être nuancée ?

D.D. : Des leaders, c'est quoi ? Il peut y en avoir sous différentes formes. Mais on ne s'invente pas des leaders. Certains le sont naturellement par leur expérience au plus haut niveau, du fait aussi qu'ils jouent dans des grands clubs. Après, il faut tout réunir en équipe de France. Mais aujourd'hui, le constat est que j'ai encore beaucoup de joueurs dont le vécu international est faible, même si le match de l'Espagne aura servi. Quand on se compare à l'équipe d'Espagne, qui a plus de 800 sélections en cumulé et plein de joueurs à plus de 50 sélections... Moi, je n'en ai pas beaucoup à plus de 50. Il leur faudra du temps pour les accumuler. Jusqu'à maintenant, ce sont des joueurs qui sont venus, qui n'ont pas joué, qui sont repartis... J'ai beaucoup de joueurs à moins de 20 sélections. Pour avoir de l'expérience et du vécu, il faut du temps et le temps, c'est à eux de le gagner et de faire en sorte de revenir.

Pour atteindre les 50 sélections, il faut que le sélectionneur fasse des choix stables. Dans cet ordre d'idées, l'Espagne donne-t-elle tort aux absents ?

D.D. : Elle ne donne pas tort aux absents. Elle donne raison à ceux qui étaient là. Je préfère le voir de ce côté-là. Des 23 qui étaient là, 20 étaient déjà là en septembre. Dans la notion de groupe, c'est quelque chose d'important. Ce qu'ils ont vécu dans ces dix jours compte. Il y a le match bien évidemment mais ils s'habituent aussi à un fonctionnement et aux exigences du haut niveau.

En arrivant, vous avez fait le choix de vous priver de joueurs qui n'étaient pas suspendus, vous avez fait la démarche inverse de la plupart des entraîneurs qui souhaitent avoir tous les talents individuels sous la main...

D.D. : Mais je ne suis pas entraîneur. Je suis sélectionneur. Quand vous êtes en club, vous avez des joueurs sous contrat. Ma fonction me permet de les sélectionner ou pas. On n'a pas le même rapport aux joueurs. En club, il est sous contrat quoi qu'il arrive. S'il n'est pas bon ou fait des choses pas bien, il fait partie du patrimoine du club. Là, il n'y a pas de patrimoine. Les joueurs ne sont pas le patrimoine de la fédération. Ils représentent la fédération et la France à travers ce maillot. Ils font ou ne font pas... S'ils ne font pas, ils savent à quoi s'attendre.

Vous avez été champion du monde en 1998, après vous être privé de grosses individualités (Cantona, Ginola). Avoir vécu cela nourrit cette certitude que le groupe peut se passer de joueurs qui paraissent incontournables ?

D.D. : Sur le papier, les grosses individualités... La notion de collectif est primordiale. Il y a la qualité footballistique, c'est le premier critère. Après, il y en a plein d'autres qui entrent en ligne de compte. Il suffit de peu pour que ce soit déséquilibré. Il faut faire en sorte que le groupe vive bien avec des personnalités différentes. Je ne suis pas là pour me priver du talent. Je suis là pour choisir. J'assume mes choix. Je peux m'expliquer dans une certaine mesure mais je ne peux pas tout dire non plus. Je sais aussi ce qui s'est passé avant que je sois là. Au-delà du talent, la vie du groupe est essentielle.

Vous insistez sur le comportement. Qu'avez-vous pensé de l'élimination de l'équipe de France Espoirs et de l'escapade parisienne de cinq de ses membres après le match aller face à la Norvège ?

D.D. : L'objectif était de se qualifier pour l'Euro. On a vu une attitude inadmissible de la part des joueurs. J’ai beaucoup de mal avec ce qui s’est passé entre les deux matches, car ça a amené un échec sportif qui a coûté la tête du sélectionneur. On peut peut-être trouver des circonstances atténuantes. Le haut niveau demande beaucoup de choses, notamment un professionnalisme au-dessus de tout, et là ça n’a pas été le cas

Concernant Yann M’Vila, qui était dans les cinq, cela retarde-t-il encore la possibilité de son retour ?

D.D. : Pas lui plus que les autres, les cinq sont logés à la même enseigne. La commission de discipline va trancher et j’attendrai sa décision.

Est-ce que cette histoire vous a étonné ?

D.D. : Est-ce que je suis étonné ? Je ne sais pas si c’est le mot. Ça peut surprendre, il peut toujours arriver des choses auxquelles on n’est pas préparé. On peut parler d’erreur de jeunesse et de tout ce qu’on veut. Mais ce qui s’est passé là, la manière dont ça s’est passé, les risques qu’ils ont pris, parce que Le Havre - Paris, ça ne se fait pas en cinq minutes en voiture... En plus avec un match qualificatif pour l’Euro au bout, c’est une aberration totale. On n’a jamais tout vu, mais je ne suis pas surpris, tellement de choses peuvent arriver. J’essaie toujours de comprendre, de me mettre à la place des gens, mais là j’ai beaucoup de mal.

Eurosport - Entretien réalisé par Cédric ROUQUETTE et Maxime DUPUIS
Revenir en haut Aller en bas
jeusetmatch

avatar

Messages : 44763
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: FOOT- L'EQUIPE DE FRANCE -LES BLEUS-   Mer 24 Oct 2012 - 7:02

a la lecture de l'article on peut espérer que les bleus soient enfin un vrai "collectif" , Deschamps fait du bon travail superr1
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
*Fan2RafaEtMaria*



Messages : 8282
Date d'inscription : 06/12/2011

MessageSujet: Re: FOOT- L'EQUIPE DE FRANCE -LES BLEUS-   Mer 24 Oct 2012 - 19:52

Oui DD a fait du bon travail partout où il est passé, on peut lui faire confiance Wink
Revenir en haut Aller en bas
jeusetmatch

avatar

Messages : 44763
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: FOOT- L'EQUIPE DE FRANCE -LES BLEUS-   Jeu 25 Oct 2012 - 6:56

superr1
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Dana

avatar

Messages : 2210
Date d'inscription : 08/12/2011
Age : 62
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: FOOT- L'EQUIPE DE FRANCE -LES BLEUS-   Jeu 25 Oct 2012 - 15:36

jeusetmatch a écrit:
a la lecture de l'article on peut espérer que les bleus soient enfin un vrai "collectif" , Deschamps fait du bon travail

je ne veux pas plomber l'atmosphère mais ce n'est qu'un match bon d'accord c'est un nul contre l'Espagne
Revenir en haut Aller en bas
*Fan2RafaEtMaria*



Messages : 8282
Date d'inscription : 06/12/2011

MessageSujet: Re: FOOT- L'EQUIPE DE FRANCE -LES BLEUS-   Jeu 25 Oct 2012 - 20:25

L'Espagne restait sur 24 victoires consécutives en éliminatoires, on peut donc considérer que c'est un exploit Wink
Surtout à l'extérieur Wink
On a pas été gâté ces dernières années avec les bleus alors si on ne peut plus s'enthousiasmer Rolling Eyes
moq mort de rire
Revenir en haut Aller en bas
jeusetmatch

avatar

Messages : 44763
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: FOOT- L'EQUIPE DE FRANCE -LES BLEUS-   Ven 26 Oct 2012 - 7:38

Dana a écrit:
jeusetmatch a écrit:
a la lecture de l'article on peut espérer que les bleus soient enfin un vrai "collectif" , Deschamps fait du bon travail

je ne veux pas plomber l'atmosphère mais ce n'est qu'un match bon d'accord c'est un nul contre l'Espagne

un Nul contre l"Espagne n'est pas Anodin nananère021
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
jeusetmatch

avatar

Messages : 44763
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: FOOT- L'EQUIPE DE FRANCE -LES BLEUS-   Ven 26 Oct 2012 - 8:18

Espagne-France : un "gros flop" pour la presse ibérique
http://www.lemonde.fr/sport/article/2012/10/17/espagne-france-un-gros-flop-pour-la-presse-iberique_1776631_3242.html
Le Monde.fr | 17.10.2012 à 11h33 • Mis à jour le 17.10.2012 à 12h43


http://s1.lemde.fr/image/2012/10/17/534x267/1776638_3_41f4_fernando-torres-mardi-a-madrid_6a03445b101e71e507c94f7f93fbd38a.jpg
Fernando Torres, mardi 16 octobre à Madrid. | AP/Andres Kudacki


"L'Espagne ne fut pas l'Espagne" (El Pais), "Gros flop" (Marca), "Fringale" (El Mundo deportivo)... voilà quelques-uns des titres de la presse ibérique qui accompagnaient mercredi le match nul (1-1) de la Roja à domicile, mardi, contre la France en qualifications du Mondial 2014.

A lire : Les Bleus arrachent le nul en Espagne

Les deux journaux sportifs madrilènes ne mâchent pas leurs mots à l'égard des champions du monde et doubles champions d'Europe qui, après un bon début, ont été débordés par les hommes de Deschamps en deuxième période. "La pire version de l'Espagne depuis longtemps provoque des conséquences graves, écrit Marca. Le match nul oblige la Roja à aller résoudre ses problèmes à Paris, lors du match retour contre les Bleus en mars." AS enfonce le clou : "Durant toute la seconde période, l'Espagne, décomposée et presque en panique, a été à la merci de la France".

Parmi les failles de la Roja qui ont abouti au match nul, les journaux espagnols isolaient notamment l'absence de Busquets au milieu et sa prestation moyenne en défense, ainsi que l'erreur du défenseur Juanfran dans les ultimes instants de la rencontre. "Sans le double milieu Busquets-Xabi Alonso, la Roja n'a pas été la même", souligne Marca. "Après un bon début, l'Espagne spécule trop avec le résultat", insiste de son côté El Pais.
Et Alfredo Relano, le directeur de AS, ciblait lui le mauvais choix du sélectionneur Del Bosque sur son dernier changement, qui a consisté à faire rentrer l'ancien joueur de l'Atletico Fernando Torres. "Del Bosque a fait de la politique en faisant entrer Torres dans son ancien stade quand il fallait serrer le jeu avec Javi Martinez." Mais ces critiques étaient aussi assorties de compliments pour l'attitude des Bleus en deuxième période. "Après la pause, la France a joué de manière décidée et s'est secouée de sa torpeur", reconnaissait par exemple El Pais. Au milieu de toute cette déception, AS se montrait le plus volontariste : "Mission : gagner à Paris", titrait le quotidien madrilène.

LA PRESSE TRICOLORE SAVOURE

De l'autre côté des Pyrénées, le son de cloche est forcément un peu différent. La presse française, qui promettait l'enfer aux Bleus en Espagne, a donc salué comme il se doit le match nul glané in extremis par les hommes de Didier Deschamps comme l'une des meilleures performances de la sélection depuis longtemps. "C'est comme ça qu'on vous aime", a titré Le Parisien, qui appelait mardi matin ses lecteurs à "Priez pour eux", en parlant des joueurs de l'équipe de France. "Jouissif", écrit en une L'Equipe, qui ne versait pas non plus dans l'optimisme la veille du match, en titrant "Sur un malentendu..."

"Au-delà d'un match nul ressemblant à une victoire, la France a sans doute livré hier en Espagne sa meilleure prestation depuis très longtemps", ajoute le quotidien sportif, qui montre en Une le sélectionneur hilare et ses joueurs tous enlacés après le but d'Olivier Giroud à l'ultime seconde du match. "Au moment où l'on s'y attendait le moins, mais dans le cadre qui s'y prêtait le plus, l'équipe de France a fait vivre à ses supporters leur plus belle émotion depuis 2006", poursuit L'Equipe, en évoquant la victoire sur l'Italie (3-1) en qualifications de l'Euro 2008, deux mois après la finale du Mondial 2006 perdue aux tirs au but contre les mêmes Azzurri. La presse quotidienne régionale est dans le même ton. "Les Bleus créent l'exploit en Espagne" pour Sud-Ouest, "Les Bleus arrachent un nul en or" avance Ouest-France, tandis que les Dernières Nouvelles d'Alsace évoquent une "Juste récompense".
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
jeusetmatch

avatar

Messages : 44763
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: FOOT- L'EQUIPE DE FRANCE -LES BLEUS-   Ven 26 Oct 2012 - 13:04

Football, Equipe de France
Deschamps : «Je ne suis pas un dictateur »

Par Cyrille Haddouche, 26-10-2012

http://www.sport24.com/football/equipe-de-france/actualites/deschamps-je-ne-suis-pas-un-dictateur-593544 Bonjour
Les enseignements après l'Espagne, la virée nocturne des Espoirs, ses relations avec le président de la FFF Noël Le Graët... Didier Deschamps a reçu dans son bureau Le Figaro pour évoquer les dossiers chauds du moment.

Quels enseignements tirez-vous du récent match nul ramené d'Espagne ?
Didier Deschamps : J’avais demandé aux joueurs d’aller au bout d’eux-mêmes pour ne pas nourrir de regrets. Je suis très satisfait que nous ayons réussi à créer autant de soucis à la sélection qui a remporté les trois grands derniers tournois internationaux. Matérialiser ses intentions est la chose la plus difficile dans le foot. Il faut du talent pour exister au plus haut niveau, mais à condition de le mettre au service du collectif. Ce fut le cas en Espagne (1-1). Le but de Giroud change beaucoup de choses dans l’appréciation globale. Et cela nous a permis de retrouver le soutien du public français qui a vibré.

Est-ce un acte fondateur ?
Avant ce match, on n’était ni les plus nuls ni les meilleurs du monde. C’est toujours le cas. Mais notre performance en Espagne donne de l’espoir. Il faut la faire fructifier lors du match amical en Italie, le 14 novembre. Les compteurs sont remis à zéro à chaque match. Nous devons conserver cette attitude contre des sélections moins prestigieuses afin de nous qualifier pour le Mondial 2014 au Brésil.
_SEB6296

Avez-vous trouvé votre groupe ?
L’équipe de France compte beaucoup de joueurs à moins de 20 sélections. Plus il y aura de joueurs convoqués à chaque rassemblement, plus l’équipe se renforcera collectivement. Rien n’est figé, mais les joueurs ayant participé à nos derniers matchs ont un avantage. À eux de maintenir le même niveau d’exigences. Une sélection n’est jamais acquise.

Et vos leaders ?

Il faut une expérience internationale significative pour avoir du leadership. Dans des registres différents, j’ai quelques leaders. Lloris en est un, sa crédibilité repose sur une exemplarité au-dessus de tout. La légitimité vient avec le temps. Je n’ai jamais vu un mec avec 5 sélections taper du poing sur la table. Ceux qui ont un vécu sont aptes à tirer les enseignements des erreurs du passé.

Comme Patrice Evra, très en vue à Madrid. Comptez-vous sur lui ?

Il a effectivement un rôle à jouer dans le groupe. Son vécu international est précieux. Comme d’autres, il a été marqué par l’Afrique du Sud. Je lui ai conseillé de prendre du recul par rapport à ça. Mais il existe un décalage entre son image et ce qu’il est réellement…


Avez-vous été atterré par la virée nocturne des espoirs ?
Généralement, j’essaie de comprendre mais là je n’y arrive pas. On ne peut pas accepter cela. Même si rien n’est jamais définitif, Yann M’Vila n’a pas d’avenir pour le moment avec les Bleus. Éric Mombaerts lui a accordé sa confiance. Il a été trahi et cela lui a coûté son poste. Les cinq espoirs concernés ont eu une attitude incompatible avec les exigences du haut niveau et d’une équipe nationale.

Comment expliquez un tel dérapage ?

Ne nous voilons pas la face. En France, le footballeur jouit d’une liberté absolue. Cela laisse la porte ouverte à toutes les dérives. Comme dans les grands championnats étrangers, l’autorité « club » doit être replacée au-dessus de tout. Contrairement à la France, on n’y devient pas président de club du jour au lendemain. Cela arrive aussi à des joueurs de déraper à l’étranger, mais les sanctions y sont sévères. C’est plus difficile pour un club français de se priver volontairement d’un joueur, car ce dernier fait partie de son patrimoine. Cela va donc à l’encontre de son intérêt sportif et économique. Ce sentiment d’impunité conforte les mauvais comportements. La réaction exemplaire du Stade Rennais par rapport à l’affaire des espoirs montre qu’il y a une prise de conscience. Il faut donner les moyens aux éducateurs et aux entraîneurs d’exercer pleinement leur autorité.

Quelle serait votre réaction si vous étiez confronté à une situation similaire ?

De par ma fonction, j’ai le pouvoir de sélectionner ou de ne pas le faire. Les joueurs le savent. À eux de respecter mes principes et les règles de vie du groupe. À partir de là, je leur fais confiance. Je ne suis pas un dictateur. Mais mon rôle est de maintenir dans le temps le cadre que j’ai défini avec mon staff en arrivant à la tête de la sélection. Après, si certains joueurs veulent me tester, libres à eux…
_SEB5756

Cette fermeté suffit-elle à vous mettre à l’abri des débordements ?
Je ne suis pas magicien. L’édifice est toujours fragile. Du fait de la médiatisation de l’équipe de France, la moindre étincelle prend immédiatement des proportions démesurées. Il suffit qu’un joueur sorte du cadre pour que tout puisse être remis en cause. En sélection, les joueurs représentent la Fédération. En conséquence, ils doivent y venir avec la fierté de porter le maillot de l’équipe de France. C’est un privilège de la première à la centième sélection.

Les Bleus en sont-ils tous convaincus ?

Il y a des degrés de conscience différents. Les plus convaincus par ce discours doivent faire en sorte de transmettre le virus de l’équipe de France à ceux qui l’ont moins ou qui en donnent l’impression. Même pour les joueurs évoluant dans les plus grands clubs européens, l’équipe nationale doit être le fil conducteur de leur carrière. Il n’y a rien de plus beau. Quand cela se passe mal en sélection, ils doivent aussi en souffrir. La sélection est une vitrine qui leur apporte énormément sur le plan personnel. Cela implique des devoirs. Parfois l’image que certains joueurs véhiculent ne reflète pas ce qu’ils sont réellement. Il y a des attitudes simples à avoir pour combler ce décalage : afficher un plaisir communicatif et se montrer disponible.

Cette approche résiste-t-elle à l’évolution du milieu ?

La société a changé dans son ensemble. Les mentalités ne sont plus les mêmes, les centres d’intérêt aussi. Le pouvoir pris par les nouvelles technologies auprès des jeunes n’est pas spécifique au foot. Mais il est vrai que le poids pris par l’entourage des joueurs est plus important qu’à mon époque. C’est compliqué à gérer pour tous les entraîneurs. Quand vous secouez un joueur, c’est uniquement pour qu’il se reprenne et réagisse positivement. Ce n’est jamais agréable d’entendre des choses négatives sur soi mais c’est parfois nécessaire pour progresser. Si deux minutes plus tard, le joueur est conforté dans ses erreurs par son entourage, le message passera plus difficilement.

Considérez-vous votre palmarès comme un atout dans ce combat ?

Le palmarès est vite broyé si on ne bosse pas avec acharnement au quotidien. Mon expérience de joueur et d’entraîneur m’aide seulement à aborder les problématiques le plus efficacement possible. J’incarne l’autorité mais je ne suis pas un policier. J’aime nouer des relations avec mes joueurs et les responsabiliser. À certains moments, il faut lâcher la bride, à d’autres se montrer ferme. Tout le mérite de notre récent match nul en Espagne revient aux joueurs. Je n’ai fait que les placer dans les meilleures conditions pendant la préparation. Je souhaite que les joueurs soient capables de régler eux-mêmes les problèmes en amont. Mais quand j’ai besoin de parler, je n’hésite pas. Je choisis seulement mes interventions et je m’efforce d’axer mon discours sur des points très précis.
panoramic_racal15102012_016

Comment concevez-vous votre rôle de sélectionneur ?

L’attachement que je porte à ce maillot est plus fort que tout. Je me sens privilégié d’assumer cette fonction. Ce n’est pas un métier mais une passion. Je m’implique énormément. J’aurais pu ne prendre aucun risque et rester tranquille chez moi à ne rien faire. Si je suis là c’est parce que je m’y retrouve dans mon corps et dans ma tête. Hormis les périodes de rassemblement qui sont très intenses, le rythme est moins soutenu qu’en club. Entre les stages, je suis de près les performances des internationaux en club et je m’investis dans la vie fédérale, notamment via des contacts réguliers avec la DTN.

L’effervescence médiatique autour de la sélection vous effraie-t-elle ?

Les « y a qu’à », les « il aurait fallu », je les vis bien. Mon seul objectif est de qualifier l’équipe de France pour le Mondial au Brésil. Je me focalise uniquement sur cette mission. Je respecte les analyses de tout le monde mais cela ne détermine pas ma ligne de conduite. Quand on fait des choix, on ne fait pas plaisir à tout le monde. Les remplaçants doivent passer outre leur déception et s’insérer dans notre projet collectif. Comme en Espagne…
Un sélectionneur investi

Fort d’une réputation de travailleur infatigable et de compétiteur hors pair, Didier Deschamps avait le profil idéal pour restaurer l’aura écornée de la sélection nationale. À la différence de son prédécesseur, le capitaine de France 1998 entretient une relation de confiance avec Noël Le Graët. Nommé sélectionneur au sortir de Knysna, Laurent Blanc avait mal vécu que le mode de fonctionnement autarcique de la sélection toléré par Fernand Duchaussoy soit remis en cause après l’élection à la présidence de Noël Le Graët. Jouissant d’une pleine autonomie dans ses fonctions de sélectionneur, Deschamps s’investit dans la vie de la FFF. «Le travail sur la formation, le milieu amateur et les différentes sélections de jeunes est primordial pour avoir une équipe nationale performante. Je ne suis pas décisionnaire, mais je m’implique sur ces dossiers », explique-t-il.


Dernière édition par jeusetmatch le Sam 27 Oct 2012 - 6:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
*Fan2RafaEtMaria*



Messages : 8282
Date d'inscription : 06/12/2011

MessageSujet: Re: FOOT- L'EQUIPE DE FRANCE -LES BLEUS-   Ven 26 Oct 2012 - 19:14

Merci jeusetmatch Smile
J'apprécie beaucoup le discours de DD superr1

Je vais faire mon chiant : il manque le lien rire moqueur Wink
Revenir en haut Aller en bas
jeusetmatch

avatar

Messages : 44763
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: FOOT- L'EQUIPE DE FRANCE -LES BLEUS-   Sam 27 Oct 2012 - 6:01

oubli réparé rire moqueur Razz
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
*Fan2RafaEtMaria*



Messages : 8282
Date d'inscription : 06/12/2011

MessageSujet: Re: FOOT- L'EQUIPE DE FRANCE -LES BLEUS-   Dim 28 Oct 2012 - 3:20

Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
jeusetmatch

avatar

Messages : 44763
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: FOOT- L'EQUIPE DE FRANCE -LES BLEUS-   Ven 9 Nov 2012 - 9:23

http://tempsreel.nouvelobs.com/topnews/20121108.AFP4355/foot-deschamps-relance-gourcuff-chez-les-bleus.html

Foot: Deschamps relance Gourcuff chez les Bleus

Créé le 08-11-2012 à 14h21 - Mis à jour à 16h55




PARIS (AFP) - Privé de Benzema, blessé, le sélectionneur de l'équipe de France Didier Deschamps a créé jeudi une petite sensation en convoquant Yoann Gourcuff pour l'amical contre l'Italie, mercredi, au sein d'une liste qui fait la part belle aux joueurs ayant ramené le nul d'Espagne (1-1).

La présence de Gourcuff (26 ans, 29 sélections) parmi les 23 Bleus appelés à effectuer le voyage à Parme constitue une belle revanche pour le Lyonnais, exclu de dernière minute de l'Euro-2012 par Laurent Blanc et dont la dernière cape remontait au 27 mai et une victoire contre l'Islande (3-2).

Auteur d'un retour prometteur avec son club fin octobre après plusieurs mois gâchés par des blessures, Gourcuff peut de nouveau espérer relancer une carrière qui tourne au ralenti depuis le fiasco sportif et moral du Mondial-2010.

"Il a eu une blessure qui l'a éloigné des terrains pendant plus d'un mois, il avait fait un bon début de championnat en août, s'est justifié Deschamps. Il est bien avec Lyon. J'ai envie de le voir dans le groupe avant les échéances importantes qui nous attendent l'année prochaine".

"Il a la faculté à pouvoir jouer plus haut, plus bas, a-t-il ajouté. C'est surtout un joueur créatif. Il a cette faculté à faire bien jouer les autres. Quand il est dans de bonnes dispositions comme à l'heure actuelle, c'est un élément qui peut être important pour le collectif".

La polyvalence dans l'entre-jeu de Gourcuff a donc été un facteur déterminant aux yeux de Deschamps pour renforcer un secteur qui pêche par manque d'expérience malgré la belle résistance affichée en Espagne face aux génies Xavi, Iniesta et Fabregas.

Comparé au cas Gourcuff, le rappel de Payet paraît beaucoup plus anecdotique. Le Lillois, qui a sombré en Ligue des champions mercredi contre le Bayern Munich (6-1), bénéficie en effet directement du forfait de Karim Benzema, touché aux adducteurs.

"Je ne vais pas m'arrêter à la performance collective de Lille en C1, a commenté Deschamps. Il y a eu des matches avant, il a fait de bonnes choses, il est capable de gestes décisifs. Il était là en août, il lui faut plus de continuité. Il a la possibilité de jouer sur les deux côtés, sur le plan technique, il a des choses intéressantes".

Avec Gourcuff et Payet, le sélectionneur envoie surtout un nouveau message aux deux grands absents, Samir Nasri et Hatem Ben Arfa. Contrairement à Jérémy Ménez, désormais bien installé en bleu, ces deux autres "fauteurs de troubles" de l'Euro-2012 risquent de patienter encore longtemps avant de retrouver un groupe France dont les contours sont déjà bien dessinés.

Revoir Yann Mvila était de toutes façons exclu, le Rennais étant jugé jeudi par la FFF pour sa "virée nocturne" avec quatre autres joueurs Espoirs.

Même s'il compte beaucoup sur Rio Mavuba pour être l'un de ses futurs cadres, Deschamps a revanche jugé prématuré de solliciter le milieu lillois, qui se remet tout juste d'une opération au ménisque.

"Même si c'est un joueur à corps sain, avec l'enchaînement des matches, il a besoin de se réguler, a relevé le sélectionneur. Dès qu'on touche au genou avec des problèmes de cartilage, il faut quand même être prudent quand on reprend l'activité et le jeu. C'est plus par mesure de précaution".

Le reste de la liste est sans surprise, le sélectionneur ayant fait confiance au groupe qui est allé ramener un point du voyage chez les champions du monde et d'Europe espagnols, le 16 octobre lors des qualifications du Mondial-2014 (1-1).

Malgré le retour à la compétition de Bacary Sagna, absent de l'Euro après une fracture de la jambe, Deschamps est resté fidèle au duo d'arrières droits Debuchy et Jallet, préférant sans doute ne pas entrer de nouveau en conflit avec le manageur d'Arsenal Arsène Wenger après l'épisode Diaby.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
jeusetmatch

avatar

Messages : 44763
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: FOOT- L'EQUIPE DE FRANCE -LES BLEUS-   Ven 9 Nov 2012 - 9:26

http://www.footmercato.net/equipe-de-france/edf-benzema-repond-sechement-aux-critiques-et-juge-les-bleus-de-deschamps_95067


http://www.footmercato.net/images/a/benzema-sort-du-silence_95067.jpg

EdF : Benzema répond séchement aux critiques et juge les Bleus de Deschamps





Dans les colonnes de L'Equipe, Karim Benzema a répondu aux critiques sur ses performances en équipe de France. Morceaux choisis.

Neuf matches sans marquer en équipe de France. Pour un attaquant de la trempe de Karim Benzema (24 ans), ce bilan fait un peu tâche. Alors forcément, la critique, toujours exigeante et pointilleuse. juge sévèrement l’attaquant du Real Madrid. Dans un long entretien accordé à L’Équipe, l’ancien Lyonnais a répondu à ses détracteurs, se disant surpris pour débuter. « (Il hausse les épaules.) Il faudrait m’expliquer ce que c’est, le rendement. C’est vrai que je n’ai pas marqué trente buts, mais regardez mes matches en équipe de France et vous verrez que c’est une passe décisive à chaque match, pratiquement (en fait, il a adressé trois passes décisives sur l’ensemble des huit derniers buts français). Vraiment, il faudrait m’expliquer ce que c’est, un rendement ! », a-t-il confié avant de poursuivre.

« Maintenant, si on veut que j’arrête de faire des passes décisives, que je ne joue que dans une surface de réparation et que je marque des buts, je peux le faire aussi. Mais ce sera au détriment de toute l’équipe. Et si on perd un match 3-2 et que je marque deux buts, à quoi ça sert ? (...) Marquer des buts ? C’est vrai que je n’en marque pas autant qu’à Madrid mais je participe beaucoup au jeu, j’essaie de créer des espaces pour les autres. Je ne suis pas quelqu’un qui entre sur un terrain en se disant : “Voilà, je suis là pour marquer mon but ! Il faut que je marque mon but et je m’en fous du reste.” Bien sûr qu’il faut être efficace, ce que j’essaie de faire quand on me sert dans les bonnes conditions pour marquer. Mais ça va venir. Des automatismes se créent avec des joueurs comme Franck Ribéry », a-t-il assuré. S’il trouve les reproches un peu facile, le natif de Bron comprend malgré tout que le public et les observateurs français attendent énormément de lui.

« C’est tout à fait normal. À chaque fois que je suis en sélection, il faut être décisif. Bon ! il faut croire qu’une passe décisive, ça ne suffit pas (il esquisse un sourire). Donc il faut faire une passe décisive et deux buts ! (Il se marre.) Je sais qu’on attend beaucoup de moi, que je suis là pour faire gagner le match. Mais je ne peux pas faire gagner un match à moi seul, j’ai besoin de toute une équipe pour ça. Après, c’est sûr que, quand ça se passera mal, je serai le premier montré du doigt. C’est normal, je joue dans un grand club, j’ai cinquante sélections », a-t-il indiqué. Pour autant, il refuse d’endosser le rôle de seul sauveur de cette équipe. « Non, il y a Ribéry, Lloris et d’autres jeunes qui arrivent et font de bons matches. Perso, quand je pars en équipe de France, je n’y vais pas avec une grosse pression sur les épaules. J’y vais pour faire le maximum. Des fois, ça passe ; des fois, ça ne passe pas », a-t-il avoué, donnant ensuite son point de vue sur les nouveaux Bleus version Didier Deschamps.

« On commence à mieux se connaître. Didier Deschamps est un sélectionneur qui aime la gagne, il nous le montre. Je pense qu’on est en réels progrès et il faut rester sur la seconde période contre l’Espagne (1-1, le 16 octobre). Il y a longtemps qu’on n’avait pas vu une équipe de France dominer de la sorte et une équipe d’Espagne se faire dominer comme ça », a-t-il commenté, se mettant à disposition du sélectionneur pour jouer partout, « avant-centre » comme il le préfère ou sur un côté avec Olivier Giroud qu’il dit pouvoir trouver facilement. Il s’est ensuite mué en défenseur de la génération 1987 dont il est le meilleur représentant. « Il y a beaucoup de très bons joueurs dans cette génération mais, après, peut-être faut-il leur laisser le temps... (il se reprend) nous laisser le temps, ne pas être systématiquement derrière nous. Quand on voit Ben Arfa à Newcastle, Ménez au PSG, Nasri à (Manchester) City, ils font de gros matches. Il faut laisser faire le temps. Mais je pense que ce sont des joueurs qui doivent être indispensables à l’équipe de France », a-t-il déclaré, misant beaucoup sur Jérémy Ménez.

« Il faut. C’est vrai que c’est un bon, bon pote. Il est très talentueux, le sait, et je le lui dis souvent. S’il veut rebondir dans un autre grand club, il n’y a que lui qui peut se prendre en main. J’espère qu’il va continuer à progresser. En tout cas, c’est quelqu’un dont j’admire la façon d’effacer un adversaire », a-t-il conclu. Rare dans les médias, Karim Benzema, absent contre l’Italie pour cause de blessure, a fait savoir qu’il n’appréciait pas trop le traitement qu’on lui réservait en France. Ses explications auront-elles convaincu les observateurs ? L’avenir nous le dira...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
jeusetmatch

avatar

Messages : 44763
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: FOOT- L'EQUIPE DE FRANCE -LES BLEUS-   Dim 11 Nov 2012 - 10:00





kitd.html5loader("flash_kplayer_d60b113d379s");
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
jeusetmatch

avatar

Messages : 44763
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: FOOT- L'EQUIPE DE FRANCE -LES BLEUS-   Mar 13 Nov 2012 - 5:39

http://www.fff.fr/bleus/actu/543811_point-presse-et-entrainement

http://www.fff.fr/common/bib_img/pages/543811.jpg
lundi 12 novembre 2012
19h45
Guillaume Bigot
Italie-France
Point-presse et entraînement

Cette première journée de stage de l'Equipe de France a notamment été consacrée à un rendez-vous avec les médias, puis à un entraînement sur le terrain Pierre-Pibarot à Clairefontaine (Yvelines).

Les joueurs sont arrivés entre 11h00 et 12h30 au Centre Technique National Fernand-Sastre de façon individuelle ou par petits groupes. Seul, le défenseur Bénoît Trémoulinas a rejoint le CTNFS en milieu d'après-midi, convoqué le midi même par Didier Deschamps, suite au forfait de Gaël Clichy (en savoir plus).


Dans la foulée du sélectionneur national, trois joueurs ont également pris part au point-presse : Bafétimbi Gomis (à lire), Yoann Gourcuff et Dimitri Payet (voir la vidéo).

En fin d'après-midi, à la nuit tombante, le staff technique a réuni le groupe sur le terrain Pierre-Pibarot pour une séance légère. Cette dernière a débuté par une rencontre avec les supporters présents, le temps de quelques dédicaces et photo-souvenirs. Au programme : footing de décrassage et étirements en salle pour les uns et tennis-ballon pour les autres (voir les photos et la vidéo). Hugo Lloris, pour sa part, a effectué un travail spécifique en compagnie de Franck Raviot.

Le départ pour Parme est fixé mardi matin. A 18h00, le sélectionneur et un joueur participeront au point-presse au Stade Ennio Tardini. Un deuxième entraînement est programmé à 19h00. Le premier quart d'heure étant ouvert aux médias.



http://www.fff.fr/mediatheque/bleu/543812_l-entrainement-en-photos
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
jeusetmatch

avatar

Messages : 44763
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: FOOT- L'EQUIPE DE FRANCE -LES BLEUS-   Mar 13 Nov 2012 - 5:48

http://video.eurosport.fr/football/deschamps-aucun-doute-sur-l-attachement-de-ribery-a-l-equipe-de-france_vid254425/video.shtml

Deschamps: "Aucun doute sur l'attachement de Ribéry à l'équipe de France" - Football

Lun. 12/11/2012 - 22:51
Didier Deschamps est revenu sur les déclarations maladroites de Franck Ribéry. Le sélectionneur a pris la défense du Munichois.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
jeusetmatch

avatar

Messages : 44763
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: FOOT- L'EQUIPE DE FRANCE -LES BLEUS-   Mar 13 Nov 2012 - 5:50

http://video.eurosport.fr/football/la-france-vibre-a-nouveau-pour-les-bleus_vid254430/video.shtml

La France vibre à nouveau pour les Bleus - Football

Mar. 13/11/2012 - 01:26
La belle performance des Bleus en Espagne a permis de redorer l'image d'une équipe de France, trop longtemps délaissée par ses supporters.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
jeusetmatch

avatar

Messages : 44763
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: FOOT- L'EQUIPE DE FRANCE -LES BLEUS-   Mar 13 Nov 2012 - 6:09

Le calendrier des Bleus :


Mercredi 14 novembre :
Match amical, à Parme : Italie-France

Mercredi 6 février 2013 :
Match amical : France-Allemagne

Vendredi 22 mars 2013 :
Eliminatoires du Mondial 2014 : France-Géorgie

Mardi 26 mars 2013 :
Eliminatoires du Mondial 2014 : France-Espagne

Vendredi 6 septembre 2013 :
Eliminatoires du Mondial 2014 : Géorgie-France

Mardi 10 septembre 2013 :
Eliminatoires du Mondial 2014 : Bélarus-France

Mardi 15 octobre 2013 :
Eliminatoires du Mondial 2014 : France-Finlande
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
jeusetmatch

avatar

Messages : 44763
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: FOOT- L'EQUIPE DE FRANCE -LES BLEUS-   Jeu 15 Nov 2012 - 8:31


http://da.feedsportal.com/c/603/f/7674/s/2597e980/l/0L0Srmcsport0Bfr0Ceditorial0C319620A0Citalie0Efrance0Edeschamps0Etres0Econtent0Edes0Ejoueurs0C/ia1.htm

Italie – France : Deschamps « très content des joueurs »


J.S | rmcsport.fr | 15/11/2012


Didier Deschamps
© AFP http://www.rmcsport.fr/images/article/740676.jpg

Le sélectionneur n’a pas caché sa satisfaction à l’issue de la victoire des siens mercredi soir en Italie (2-1). « Je suis très content des joueurs, de l’attitude qu’ils ont eu, a confié Didier Deschamps lors de la traditionnelle conférence d’après-match. Collectivement, j’ai aimé ceux qui ont commencé, ceux qui sont rentrés et qui ont fait la différence aussi. C’était déjà le cas lors du dernier match. C’est une très bonne chose pour notre dernier match de l’année civile. »
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
jeusetmatch

avatar

Messages : 44763
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: FOOT- L'EQUIPE DE FRANCE -LES BLEUS-   Jeu 15 Nov 2012 - 8:35

http://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Valbuena-l-un-des-plus-beaux/326938#xtor=RSS-1

Le 15/11/2012 à 00:17:00 | Mis à jour le 15/11/2012 03:00:09
Foot - Bleus : Valbuena : «L'un des plus beaux»

Auteur d'un superbe exploit personnel, Mathieu Valbuena a permis à l'équipe de France de se remettre dans le bon sens face à l'Italie, mercredi soir, avant que Gomis ne lui offre la victoire (2-1). Le milieu de terrain marseillais revient sur cette «très bonne soirée».


«Mathieu Valbuena, racontez-nous ce but.
J'étais dans une situation que j'affectionne beaucoup, et je me suis dit : «bah là, je vais aller au bout». Je me retrouve face à Verratti, je le dribble sur le côté, je re-rentre intérieur parce qu'il y a un autre joueur, il y a de l'espace, j'enveloppe ma frappe côté opposé. Il y a de la réussite, mais c'est ce que je voulais faire.
«Je n'ai jamais rien eu dans la facilité. Quand on me fait jouer, j'essaye de tout donner.»Ce sont des buts made in Valbuena ?
C'est vrai que celui-là, il ressemble beaucoup à celui que j'avais inscrit contre Dortmund en Ligue des champions. C'est l'un des plus beaux, l'un des plus émouvants aussi. C'est en sélection, contre l'Italie, à un poste auquel j'évoluais pour la première fois en équipe de France, et puis derrière, il y a la victoire. C'est une très bonne soirée.

Pensez-vous avoir marqué des points ?

Je ne me pose pas de questions. Le coach me fait confiance, mes équipiers aussi. Ce n'est que du plaisir. Après, marquer des points... C'est sûr que je suis ambitieux. Une revanche ? Non, je n'aime pas ce mot. Je n'ai jamais rien eu dans la facilité. Quand on me fait jouer, j'essaye de tout donner. J'ai pris mon mal en patience. Quand tu travailles, tu es toujours récompensé.
«On a montré un super esprit»

L'équipe de France a-t-elle trouvé son système de jeu ?

C'est vrai que ça s'est bien passé. On voulait rester sur la dynamique de notre match en Espagne. Ça ne servait à rien de faire quelque chose là-bas - où on a vraiment vu une équipe naître -, et retomber dans nos travers ici. Au final, on est dans la lignée de ce qu'on a produit là-bas. On a montré un super état d'esprit. Tout le monde tire dans le même sens. C'est super important.

Vous êtes menés, vous égalisez, et finalement vous gagnez...

Oui, on ne s'est pas mis la tête dans le sac. On a été sereins, même si on a connu vingt premières minutes difficiles. On a laissé passer l'orage, et ça aussi, ça prouve qu'on a de l'orgueil, qu'on ne lâche rien et qu'on se bat jusqu'à la dernière minute. Tout le monde a fait les efforts défensifs, tout le monde a travaillé pour l'équipe. C'est très encourageant pour la suite.»

Propos recueillis par Emery TAISNE, à Parme

http://www.football365.fr/cache/mediaurl/7/8/2/b/4/8/7/7/8/8/e/5/3/e/b/1/2/0/e/8/a/b/4/5/0/e/8/3/a/f/782b487788e53eb120e8ab450e83af20_640x240.jpg
Mathieu Valbuena


Dernière édition par jeusetmatch le Jeu 15 Nov 2012 - 8:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
jeusetmatch

avatar

Messages : 44763
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: FOOT- L'EQUIPE DE FRANCE -LES BLEUS-   Jeu 15 Nov 2012 - 8:39

http://www.eurosport.fr/football/matches-amicaux/2012/bafetimbi-gomis-heureux-d-avoir-marque-avec-la-france-en-italie-(1-2)_sto3492605/story.shtml

Bafétimbi Gomis heureux d'avoir marqué avec la France en Italie (1-2)


Publié le 15/11/2012 à 00:09, mis à jour le 15/11/2012 à 00:11
Bafétimbi Gomis n’a pas caché sa joie d’avoir retrouvé le chemin des filets avec la France face à l’Italie (1-2), quatre ans après son dernier but chez les Bleus.

"Je vois Patrice Evra qui arme pour frapper. J'avais eu la même situation au Havre (contre l'Uruguay en amical en août, ndlr) je ne l'avais pas mise parce que le ballon était un peu derrière. Là, je me jette bien et je marque le but. Je suis content pour le groupe et pour moi parce que cela faisait un moment que je n'avais pas marqué en bleu. Quatre ans c'est long pour un attaquant. On a fait preuve de solidarité, de courage, d'abnégation. Cela va nous donner un capital-confiance important. C'était important de continuer sur notre lancée après l'Espagne", a déclaré l’attaquant de Lyon.



BAFETIMI GOMIS
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
*Fan2RafaEtMaria*



Messages : 8282
Date d'inscription : 06/12/2011

MessageSujet: Re: FOOT- L'EQUIPE DE FRANCE -LES BLEUS-   Sam 17 Nov 2012 - 22:41

Bravo les bleus happy1 happy1 happy1
Même si ce n'est qu'un match amical ça fait toujours plaisir de battre nos amis italiens rire moqueur

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: FOOT- L'EQUIPE DE FRANCE -LES BLEUS-   

Revenir en haut Aller en bas
 
FOOT- L'EQUIPE DE FRANCE -LES BLEUS-
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 23Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 14 ... 23  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
UN FORUM POUR TOUS CEUX QUI AIMENT OU QUI VEULENT DECOUVRIR LE TENNIS :: LE SALON DES AUTRES SPORTS :: LE FOOTBALL-
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Sauter vers: