UN FORUM POUR TOUS CEUX QUI AIMENT OU QUI VEULENT DECOUVRIR LE TENNIS

Le tennis c'est la volonté, l'amour de la compétition, le dépassement de soi, du talent, beaucoup de travail mais surtout de la passion
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Partagez | 
 

 Football Masculin -EURO 2016

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 15 ... 27, 28, 29  Suivant
AuteurMessage
jeusetmatch

avatar

Messages : 42040
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Football Masculin -EURO 2016    Sam 14 Sep 2013 - 9:10

Rappel du premier message :

Organisateur(s) UEFA
Édition 15e
Lieu France
Date Du 10 juin 2016 au 10 juillet 2016
Participants 24 équipes
Site(s) 10 stades
Site web officiel
http://fr.uefa.com/

Palmarès Tenant du titre Espagne




Le Championnat d'Europe UEFA de football masculin 2016, communément abrégé en Euro 2016, est la quinzième édition du Championnat d'Europe de football, compétition organisée par l'Union des associations européennes de football et rassemblant les meilleures équipes masculines européennes. Il se déroulera en France du 10 juin au 10 juillet 2016. Le match de clôture du championnat se jouera au Stade de France.

La France est le pays qui aura organisé le plus souvent cette compétition avec 3 organisations : 1960, 1984 et 2016.

À partir de cette édition, le nombre de participants passera de 16 à 24 équipes.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Championnat_d%27Europe_de_football_2016


Dernière édition par jeusetmatch le Mar 23 Sep 2014 - 7:29, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
jeusetmatch



Messages : 42040
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: Football Masculin -EURO 2016    Mar 5 Juil 2016 - 7:17

CLASSEMENTS
http://www.beinsports.com/france/euro-2016/classements



Revenir en haut Aller en bas
jeusetmatch

avatar

Messages : 42040
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: Football Masculin -EURO 2016    Mer 6 Juil 2016 - 7:27

MERCREDI 6 JUILLET 2016
DEMIES FINALES
PORTUGAL-PAYS DE GALLES à 21h sur beIN SPORTS 2 ET M6


Avant Portugal-Pays de Galles : Bale vs Cristiano Ronaldo, le comparatif statistiques !
http://www.goal.com/euro2016/fr/article/avant-portugal-pays-de-galles--bale-vs-cristiano-ronaldo-le-comparatif-statistique-/ztl9y7gww9ht1as2q6rw52x3y
Jean-Charles Danrée
La demi-finale de l'Euro entre le Pays de Galles et le Portugal met en scène les deux stars du Real Madrid. Qui présente le meilleur bilan ? Découvrez des chiffres étonnants..


Comme une évidence, tous les regards seront braqués sur Gareth Bale et Cristiano Ronaldo pour cette demi-finale de l'Euro 2016 entre le Pays de Galles et le Portugal. Une question d’influence à tous les niveaux, sur le terrain comme en dehors. La rédaction de Goal s’est donc livrée à un comparatif statistique entre les deux joueurs les plus chers du monde. Qui impressionne le plus depuis le début de l’Euro ? 

Les chiffres traduisent qu’ils n’ont pas le même rôle

Cristiano Ronaldo n’a pas été épargné par les critiques, mais il partage un point commun avec son compère madrilène : celui d’avoir vécu deux types de scénario bien distincts entre les matches de poules et les rencontres à élimination directe. Plus laborieux, plus effacés, Bale et CR7 restent dans l’ombre depuis les huitièmes. Avant, chacun avait pris la lumière à sa manière.
Pour le même nombre de matches disputés, c’est le Gallois qui s’est montré le plus réaliste avec un ratio supérieur au Portugais (1 but toutes les 148 minutes contre 1 but toutes les 255 minutes). Sans surprise, Ronaldo a beaucoup plus frappé au but (10 tirs par matches sur ses 3 premières apparitions), mais Bale a été plus précis dans ses tentatives. Une tendance largement confirmée par leurs réussites respectives sur coups-francs directs, Bale ayant transformé 2 tentatives sur 5 là où CR7, particulièrement obstiné, n’a pas inscrit un seul de ses 10 coups-francs tentés…

L’autre enseignement, c’est que les deux compères du Real n’ont pas du tout le même rôle dans l’animation de leur équipe. Comme à Madrid, Bale reste un détonateur de côté dont les qualités de percussion sont parfaitement exploitées. Ronaldo, de son côté, est beaucoup plus confiné dans une position plus axiale, à la pointe d’un 4-4-2 en losange. La star portugaise s’attèle à remiser, multiplier les appels, décrocher, mais n’élimine quasiment pas par le dribble (9 dribbles tentés seulement, et 22,2% de réussite contre 34,4% et 58,8% pour le Gallois). Logiquement, le déchet de Bale dans ses passes est toutefois supérieur.

L’élève n’a jamais battu le maître…

Tous ces chiffres reflètent ce que les deux stars avaient proposé durant les éliminatoires de cet Euro. Là aussi, Bale avait scoré et dribblé davantage (7 buts contre 5, 85 dribbles tentés contre 12), mais Ronaldo avait néanmoins eu le mérite de présenter un meilleur ratio et, surtout, d’être moins obsédé dans sa manie de frapper systématiquement (27 tirs contre 52 pour Bale).
On l’aura compris, il y a une question de contexte là-dedans. Ronaldo, comme Bale d’ailleurs, n’évolue pas dans le même environnement en sélection. Leurs repères et leurs responsabilités ne sont pas les mêmes. Cela se traduit dans leurs chiffres respectifs cette saison avec le Real, bien supérieurs (1 but toutes les 91 minutes pour chacun, 19 réalisations pour le Gallois, 35 pour le Portugais) et un Ronaldo plus dribbleur, globalement plus libre.

Si Gareth Bale a pris le pas sur son rival depuis le début de cet Euro, dans ce combat, Ronaldo a l’atout de l’expérience. Cela n’a pas de prix. Avec quatre éditions et quelques records derrière lui, l’attaquant portugais a un vécu qui parle pour lui. Gareth Bale en est conscient. Avant qu’elles n’évoluent ensemble au Real, les deux stars s’étaient déjà rencontrées à 5 reprises, et l’élève n’avait jamais battu le maître…


Revenir en haut Aller en bas
jeusetmatch

avatar

Messages : 42040
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: Football Masculin -EURO 2016    Jeu 7 Juil 2016 - 7:28

PORTUGAL 2-0 PAYS DE GALLES

la tête de Ronaldo


la joie de Ronaldo


Nani célère son but


Gareth BALE inconsolable

les portugais en finale





Plus réaliste, le Portugal BRISE le rêve du Pays de Galles et rejoint la finale

Très équilibré en première période, le match a basculé en trois minutes en seconde mi-temps grâce à Cristiano Ronaldo et à Nani.

Le Portugal s'est qualifié mercredi soir pour la deuxième finale d'Euro de son histoire, en s'imposant face au Pays de Galles, à Lyon, 2-0. L'inévitable Cristiano Ronaldo a ouvert la marque en début de deuxième mi-temps, ce qui lui permet d'égaler le record de 9 buts en Euro de Michel Platini, avant d'offrir trois minutes plus tard le second goal de la partie à Nani.

Pepe, un des piliers de la défense portugaise, était finalement forfait pour cette première demi-finale de l'Euro 2016, insuffisamment remis d'une douleur musculaire. Fernando Santos l'a remplacé dans son onze de base par Bruno Alves, 34 ans, qui n'avait pas encore joué dans cet Euro. Chris Coleman devait quant à lui composer sans un de ses pions majeurs, Aaron Ramsey, suspendu.

Après une première mi-temps animée par un unique tir cadré du Gallois Gareth Bale, les Portugais sont passés à la vitesse supérieure en deuxième période. A la 50e, Cristiano Ronaldo, de la tête, a envoyé un ballon parfait de Raphael Guerreiro au fond des filets, accrochant enfin la barre des 9 buts de Platini dans l'histoire de l'Euro, un record qu'il pourra tenter de surpasser en finale. A la 53e, le Madrilène envoyait à son tour un centre-tir idéal à Nani, qui prolongeait le ballon dans le but adverse. Il s'agissait du 3e but de Nani dans le tournoi, après ses réalisations contre la Hongrie et contre l'Islande.

Le Portugal, malheureux finaliste de l'Euro 2004 où il avait perdu, à domicile, contre la Grèce (1-0), affrontera dimanche l'Allemagne, championne du monde, ou la France, nation-hôte, au Stade de France.

Revenir en haut Aller en bas
jeusetmatch

avatar

Messages : 42040
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: Football Masculin -EURO 2016    Jeu 7 Juil 2016 - 7:54

LE TABLEAU
http://www.maxifoot.fr/france-2016/calendrier-euro-phase-finale.htm
-
Revenir en haut Aller en bas
jeusetmatch

avatar

Messages : 42040
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: Football Masculin -EURO 2016    Jeu 7 Juil 2016 - 8:12


Allemagne - France : c’est une autre histoire

http://www.ledauphine.com/actualite/2016/07/06/c-est-une-autre-histoire


L’équipe de France n’est plus qu’à une marche de la finale de son Euro. Pour s’inviter au Stade de France, elle devra vaincre, ce soir à Marseille, le champion du monde allemand. Et donc marquer les esprits.

Tous, ou presque, s’en défendent, balaient l’argument d’un revers de main. Non, il n’est pas question de revanche ! « Personnellement, ce qui s’est passé au Brésil, c’est de l’histoire ancienne », assure Hugo Lloris. Il n’empêche, les souvenirs sont tenaces. Qu’ils le veuillent ou non, cette élimination en quarts de finale du dernier Mondial revient comme un boomerang à quelques heures de ce nouveau rendez-vous avec le meilleur ennemi allemand. En début de semaine, Olivier Giroud n’a ainsi pas caché la « frustration » qui se nichait encore au plus profond de lui alors que Moussa Sissoko a carrément clamé qu’il était temps de « remettre les pendules à l’heure ».
Giroud : « Mettre l’Allemagne dehors »

Évidemment, comme le souligne Didier Deschamps, « on ne pourra pas changer le cours de l’histoire ». Par contre, les Bleus peuvent écrire un nouveau chapitre. « À partir d’une page blanche », précise le sélectionneur français comme pour faire table rase du passé. « On va jouer contre l’Allemagne, c’est vrai, poursuit Hugo Lloris. Mais on va surtout disputer une demi-finale de l’Euro, qui plus est chez nous ! » Un vrai défi.

Jusqu’ici, le seul véritable fait d’arme de cette génération reste la renversante victoire face à l’Ukraine (3-0) en 2013. Mais il ne s’agissait “que” d’un match de barrage. Cette fois, elle a l’occasion de marquer son temps. Les promesses de sa campagne européenne seront, de toute façon, jugées à l’aune de ce choc. Certes, les Bleus ont gagné les cœurs des Français et le public du stade Vélodrome va sans aucun doute leur jouer, ce soir, une belle sérénade dont lui seul en a le secret. Mais pour que ce joli flirt se transforme en une belle histoire d’amour, le mieux serait, pour reprendre les mots d’Olivier Giroud, de « mettre l’Allemagne dehors ».
Lloris : « Écrire l’histoire »

La rivalité historique qui jalonne le parcours des deux sélections n’en est pas la seule raison. Non. Il manque à ces Bleus un match propre à marquer les esprits. L’affiche de ce soir leur offre cette opportunité en plus de leur ouvrir, évidemment, les portes de la finale. S’il ne s’agit pas de minimiser le parcours qui l’a menée jusqu’en demi-finale (la Belgique ou l’Angleterre ne peuvent pas en dire autant), l’équipe de France n’a pas réalisé de prise majeure dans les eaux parfois mouvementées de cet Euro. Dans son filet, de la Roumanie à l’Islande en passant par l’Albanie, la Suisse et l’Irlande, aucun grand d’Europe.

Si le clan tricolore, comme pour se rassurer, ne cesse de clamer qu’il « n’y a plus de petite équipe », celle qui se dresse sur le chemin des Bleus est, elle, très grande ! Tous en ont conscience. « Si on gagne, peut-être que vous allez sans doute plus nous considérer », a d’ailleurs souligné Moussa Sissoko, ce mardi à Clairefontaine, à l’endroit des journalistes. « C’est difficile de faire du football fiction, mais peut-être qu’un succès contre les champions du monde peut permettre d’écrire l’histoire », reconnaît, de son côté, Hugo Lloris.
Revenir en haut Aller en bas
jeusetmatch

avatar

Messages : 42040
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: Football Masculin -EURO 2016    Jeu 7 Juil 2016 - 8:56

Allemagne-France
Champion du monde, Löw est serein
MARDI, 5 JUILLET 2016 par Steffen Potter
http://fr.uefa.com/uefaeuro/news/newsid=2388494.html

Après la victoire en Coupe du Monde de la FIFA, Joachim Löw aborde les matches sans aucune pression. Ce sera le cas contre la France, jeudi.



Gagner la Coupe du Monde de la FIFA, il y a deux ans, a changé Joachim Löw.

Allemagne - France, l'avant-match
http://fr.uefa.com/uefaeuro/season=2016/matches/round=2000450/match=2017906/index.html
Griezmann a la cote
http://fr.uefa.com/uefaeuro/news/newsid=2388441.html

Pour sûr, il a toujours cru aux capacités de son équipe, et il n'a jamais semblé effrayé par les matches à venir. Mais, maintenant qu'il a gagné la Coupe du Monde, une chose est devenue très claire : c'est un homme qui n'a plus rien à prouver. Il fait, certes, toujours des sceptiques, mais sa confiance est plus forte que tout.

Et ne rien avoir à prouver signifie qu'on peut profiter de tout ce qu'il se passe autour de nous. C'est exactement ce que fait Löw. Il savoure les grands matches après être passé près lors de plusieurs tournois.

"J'attends avec impatience le match contre l'Italie", avait reconnu Löw, avant le quart de finale de samedi dernier. De l'intox ? Non. Sans pression, le stratège de 56 ans adore ces grands matches.

Les yeux brillants, Löw attend avec la même impatience la demi-finale de jeudi, à Marseille, contre la France : "C'est génial de jouer ce genre de match. Deux équipes qui vont tout donner. J'adore ces matches couperets."

Pendant la phase de groupes, et même après le 8e de finale contre la Slovaquie, il était évident que l'instinct de compétition de Löw n'avait pas été entièrement satisfait.

"On a bien joué", avant d'ajouter : "Mais maintenant on va avoir des adversaires bien plus dangereux en attaque, on va être mis sous pression." C'est sa manière à lui de savourer.

Le public du Vélodrome ? "Super, j'adore ces ambiances ! Presque tout le stade sera contre nous. Mais au Brésil, un pays de 200 millions d'habitants était face à nous et on s'en est plutôt bien sorti. Ce sera pareil ici." Pas une cure de thalasso sur les bords de la Grande Bleue, mais un vraiment moment de plaisir !


Les grands matches de Löw

8e de finale, Coupe du Monde 2010, victoire 4-1 contre l'Angleterre
1/4 de finale, Coupe du Monde 2010, victoire 4-0 contre l'Argentine
1/4 de finale, Coupe du Monde 2014, victoire 1-0 contre la France
1/2 finale, Coupe du Monde 2014, victoire 7-1 contre le Brésil
Finale, Coupe du Monde 2014, victoire 1-0 contre l'Argentine après prol.
1/4 de finale, UEFA EURO 2016, victoire 6-5 aux tirs au but contre l'Italie
Revenir en haut Aller en bas
jeusetmatch

avatar

Messages : 42040
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: Football Masculin -EURO 2016    Jeu 7 Juil 2016 - 9:00

Allemagne-France jeudi 7 juillet 2016 à 21h00 sur beinsport2 et M6
Revenir en haut Aller en bas
jeusetmatch

avatar

Messages : 42040
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: Football Masculin -EURO 2016    Ven 8 Juil 2016 - 6:28

ALLEMAGNE 0-2 FRANCE


Et à la fin, cette fois, c’est la France qui gagne !

http://sport24.lefigaro.fr/football/euro-2016/actualites/et-a-la-fin-cette-fois-c-est-la-france-qui-gagne-!-813860

Le Vélodrome, écrin en fusion d’une soirée inoubliable



Les Bleus fêtent leur victoire avec un clapping à l'islandaise avec leurs supporteurs




L'enceinte marseillaise a connu une soirée de légende, jeudi soir, lors d'Allemagne-France.

De notre envoyé spécial,
Incandescent. Fusionnel. Et même irrationnel. La légende du Vélodrome n’est pas usurpée. Que vous soyez marseillais, parisiens, niçois, nantais ou bordelais, impossible de résister à la fureur de l’enceinte phocéenne. D’ailleurs, pourquoi vouloir y résister tout simplement ? Soirée de prestige oblige, le Vel’ a parfaitement assumé son fameux rôle de 12e homme lors de la qualification des Bleus pour la finale de Leur Euro. Une expression toute faite la plupart du temps au moment d’évoquer le soutien de supporters. Pas jeudi soir. Pour une soirée qui restera à jamais gravée dans la mémoire collective. Et forcément un peu dans celles des Allemands qui endossent à leur tour le costume du perdant, comme les hommes de France avant eux en 2014, 1986, 1982.
Que dire des secousses ressenties lors de l’ouverture du score d’Antoine Griezmann juste avant la pause ? Incroyables. Celles après la deuxième réalisation du meilleur buteur de l’Euro au cœur de la seconde période ? Prodigieuses. Et cette image des vingt-trois tricolores qui se ruent sur le héros du soir, en communion totale avec un public en liesse. Ou encore la folie furieuse au coup de sifflet final. «On a envie de rendre les gens heureux», nous avouait Olivier Giroud avant le début de la compétition. Mission largement accomplie jusqu'à maintenant.
Citation :
«On veut rendre le public heureux»
Olivier Giroud
Difficile de rêver meilleur écrin que le stade Vélodrome pour une demi-finale d’un Championnat d’Europe. Les Bleus de Didier Deschamps en ont parfaitement pris conscience. A l’image d’un Antoine Griezmann harangueur au moment de fêter son penalty avec une partie du virage nord, puis de réclamer l’appui des supporters, côté sud, au retour des vestiaires. Autant de signes qui ne trompent pas. Encore moins dans pareille occasion. Des Marseillaise à vous faire décrocher les poumons, des «Allez les Bleus» frissonnants ou le traditionnel «Aux armes …» cher au peuple phocéen. Et même le fameux «Huh», ce cri guerrier emprunté aux fabuleux Islandais. Le Vélodrome a offert un récital, comme il est l’un des rares stades de France à savoir (pouvoir ?) le faire.
Le ton avait déjà été donné un peu plus tôt dans la journée. La ferveur jouant un petit mano a mano avec la température. A celle des deux qui allait le plus grimper dans les tours jusqu’au coup d’envoi du match. Au final, difficile de les départager tant ces deux éléments auront pesé sur l’avant-match du côté du Vieux-Port, de la Castellane ou du Prado. Si le thermomètre a allègrement dépassé la barre des 40 degrés, l’engouement aura également été de la fête. Et comme dans toutes les sauteries, il faut être au moins deux pour s’amuser. Ce qu’ont parfaitement été en mesure de faire Français et Allemand encore une fois, dans un élan de respect mutuel fort en symbole après le dernier match vécu entre les deux nations un triste et dramatique soir de novembre dernier.
«Ce n’est pas à Marseille que vous allez nous apprendre comment faire monter la pression, nous soufflait un serveur, en eau mais souriant, sur le Vieux-Port jeudi après-midi. C’est fabuleux, une finale avant l’heure avec un public de feu. On s’en souviendra toute notre vie.» Bien vu. Que dire aussi des fans de la Mannschaft, un peu trop touchés par la chaleur (et la bière) sur les coups de 14h00 et qui en profitaient pour faire un plongeon dans l’eau polluée du Vieux-Port. «Elle est sale et vous allez attraper le tétanos, soufflait, un poil agacé, une mamie marseillaise. Qu’est-ce que l’alcool ne vous fait pas faire.» Réponse instantanée des Allemands : «Vive la France et allez les Bleus

-
Revenir en haut Aller en bas
jeusetmatch

avatar

Messages : 42040
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: Football Masculin -EURO 2016    Ven 8 Juil 2016 - 6:35


France-Allemagne vu par Jean-Luc Ettori : «Deschamps, c'est le top niveau du management»
http://sport24.lefigaro.fr/football/euro-2016/actualites/france-allemagne-vu-par-ettori-deschamps-n-a-aucun-etat-d-ame-813986



Par Gilles Festor

Mis à jour le 08/07/2016 à 00h59 – Publié le 08/07/2016 à 00h52

Homme du mémorable France-Allemagne 82, l'ancien gardien de but Jean-Luc Ettori revient sur la qualification des Bleus pour la finale de l'Euro en insistant sur le management parfait de Didier Deschamps avec son groupe. 

Jean-Luc, les Bleus n’avaient pas battu l’Allemagne depuis 1958 en compétition. Comment l’acteur du mythique France-Allemagne de Séville 82 savoure cette victoire ?
Jean-Luc Ettori : Ecoutez, j’ai envie de vous dire comme tout le monde. Je ne ressens pas de fierté ou d’esprit de vengeance particulier. (Il réfléchit longuement). Au fond de moi, je savais que cette qualification était inévitable. Les séries sont faîtes pour s’arrêter un jour et la France allait crescendo alors que l’Allemagne a eu quelques pépins avec quelques absences. J’ai vraiment ressenti une onde positive avant le match qui fait qu’au final, cette victoire ne se surprend pas plus que cela. J’ai vécu ce match aussi comme un supporteur français et cocardier dans l’âme.
Les Bleus ont été malmenés en première période. Avez-vous été inquiet ?
On savait qu’il ne fallait surtout pas leur laisser le contrôle du ballon et pendant une vingtaine de minutes c’est ce qui s’est passé. La Mannschaft a été très bonne dans cette configuration-là. Heureusement que Hugo Lloris a été excellent dans les buts. Mais je note aussi qu’on a su aller chercher les Allemands parfois haut pour aller les faire douter au point de les voir un peu déboussolés.
Citation :
Tous les défenseurs se sont montrés très décisifs. On loue les Italiens pour ce genre de choses, mais ce soir (jeudi, ndlr) les Bleus avaient cette qualité-là.
A la mi-temps le score est flatteur en faveur des Bleus…
Oui, clairement, le 0-0 à la mi-temps aurait été plus normal mais les faits de jeu font partie intégrante du football. Aujourd’hui ils ont été en notre faveur. Tant mieux pour notre sélection.
Dans quel domaine avez-vous trouvé les Bleus particulièrement performants ?
J’avais peur qu’ils défendent très bas, trop bas. Mes craintes ont été parfois justifiées mais heureusement, j’ai trouvé la défense extrêmement concentrée et surtout très efficace lors des interventions individuelles. Tous les défenseurs se sont montrés très décisifs. On loue les Italiens pour ce genre de prestations, mais ce soir (jeudi, ndlr) les Bleus avaient cette qualité-là. Les quatre derrière, Patrice Evra en tête, on fait le match qu’il fallait.

Et devant, Antoine Griezmann s’est une nouvelle fois montré décisif…
On a la chance d’avoir ce type de joueur en France, comme un Pogba ou un Payet qui peuvent aussi se montrer décisifs. Griezmann est très fort car il a la capacité de faire basculer un match en votre faveur à lui seul. Il n’a pas tremblé sur le penalty, sens les coups et fait toujours les bons gestes. Son but deuxième but n’est pas exceptionnel dans la réalisation mais il faut être là et avoir le sens du but pour glisser le ballon au fond des filets.
Pour vous, est-il le joueur de l’Euro et peut-il penser au Ballon d’Or en cas de victoire en finale ?
C’est lui le n°1 de cette compétition, ne serait-ce qu’au regard des chiffres avec six buts. J’attends le face à face avec Cristiano Ronaldo en finale. Et oui, en se projetant, on peut dire qu'il peut jouer le Ballon d’Or. Cristiano Ronaldo a remporté la Ligue des champions et part avec un gros avantage mais si les Bleus sont champions d’Europe… Ils seront quasiment à égalité. Moi, j’aimerais bien voir une nouvelle tête au palmarès ! Si la France est sacrée, ce ne serait pas incongru de voir Griezmann élu.
Citation :
Je connais bien comment Didier Deschamps manage son groupe, sa grande force c’est de savoir garder sous pression tout son groupe.
Les choix des Didier Deschamps ont une nouvelle fois été payants, ne serait-ce qu’avec la titularisation de Samuel Umtiti…
Concernant Umtiti, je ne l’avais pas trouvé transcendant face à l’Islande. A mon avis, Didier Deschamps a tranché en sa faveur plutôt que pour Rami parce que Mario Gomez ne jouait pas. Si Mario Gomez avait joué, la donne aurait changé. Je connais bien comment Didier Deschamps manage son groupe, sa grande force c’est de savoir garder sous pression tout son groupe. Il n’a aucun état d’âme et pense pour l'équipe avant tout. Kanté, il faut quand même être courageux pour le reléguer sur le banc au regard de son début de tournoi. Tous ses choix, même s’ils ont parfois étonné, se sont justifiés à chaque fois depuis le début du tournoi. D’ailleurs, d’après ce que je sais, le groupe vit bien tous ces changements, preuve que le management est exceptionnel. 
Selon vous, le sélectionneur va-t-il conserver cette équipe pour la finale ?
Je pense que Didier Deschamps alignera la même équipe pour débuter la finale. Cela me parait compliqué de changer les choses. Toujours dans un souci d’efficacité mais aussi de cohésion de son groupe, il arrive à faire participer Gignac mais aussi Kanté face à l'Allemagne. Ce sont des choix importants et au top niveau en terme de management.
A quel match vous attendez-vous face au Portugal ?
On va voir le même Portugal face à la France que celui qu’on a vu depuis le début de l’Euro. J’ai d’ailleurs trouvé cette équipe en progrès. Leur deuxième période face au pays de Galles était la meilleure depuis le début du tournoi. Je m’attends à un match extrêmement compliqué où les Bleus devront se montrer patients car le jeu pourrait être haché. Cristiano Ronaldo ne fait pas un grand Euro sur le plan du jeu et malgré tout il est présent dans la finition avec trois buts inscrits. Il est capable de frapper un grand coup en finale. Mais j’espère surtout que les Bleus vont savoir se montrer patients.
Revenir en haut Aller en bas
jeusetmatch

avatar

Messages : 42040
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: Football Masculin -EURO 2016    Ven 8 Juil 2016 - 6:42

Euro 2016 : GRIEZMANN ENVOIE LA FRANCE EN FINALE
http://www.francetvsport.fr/euro/euro-2016-la-france-bat-l-allemagne-et-affrontera-le-portugal-en-finale-344545


-

Antoine Griezmann a ouvert le score sur penalty (45+2) avant de doubler la mise (74e). La France affrontera le Portugal en finale.



Battiston est vengé ! La référence est facile, trop facile, 34 ans après la mythique demi-finale de Coupe du monde perdue aux tirs au but contre l’Allemagne de l’Ouest. Ce soir, l’esprit du défenseur français fracassé par le gardien Harald Schumacher n’habitait probablement pas le corps des Bleus. Plutôt que rouvrir un vieux chapitre, ils ont décidé d’en écrire un nouveau. Antoine Griezmann a tenu la plume, auteur d’un doublé (45e+2, 74e) pour emmener la France en finale de son Euro (2-0). Une écriture brouillonne, souvent tremblante, d’une équipe qui se cherche encore, même après six matchs. Mais l’essentiel est là, la France affrontera le Portugal dimanche.

Le Vélodrome, le stade qui voit double

Le Stade Vélodrome de Marseille est peut-être le porte-bonheur des Bleus ! Histoire encore ! Il était déjà le théâtre de la demi-finale de l'Euro 1984 contre le Portugal, où la France avait renversé le match pour jouer sa première finale (3-2 après prolongations). Parmi les buteurs, Jean-François Domergue avait inscrit... un doublé. Lui jouait latéral, Antoine Griezmann joue attaquant. Ce soir, le joueur de l'Atletico a illuminé le terrain. Pourtant, après un premier quart d'heure brillant des Bleus, les Allemands avaient coupé la lumière. Les champions du monde dominaient, les Bleus dormaient. Giroud, après un duel aérien remporté face à Benedikt Höwedes et malgré une course vers le but trop lente pour ouvrir le score, a réveillé tout le monde (42e). Trois minutes plus tard, Bastian Schweinsteiger, capitaine fatigué d'une Mannschaft habituellement infatigable, a ouvert la porte du coffre-fort allemand. Une main dans sa surface, sur un ballon anodin. Griezmann ne s'est pas fait prier pour prendre à contre-pied Neuer (45+2), et le cours du jeu. 

Umtiti-Koscielny, un cas pour deux 

Si l'Allemagne a dominé sans marquer, monopolisé sans concrétiser, joué sans gagner, c'est en grande partie grâce à deux hommes. Une charnière qui n'aurait jamais dû exister. Samuel Umtiti, le réserviste gaucher appelé au dernier moment, et Laurent Koscielny, le droitier qui ne jouait qu'à gauche. Un mariage obligé par la suspension de Rami contre l'Islande au tour précédent rapidement devenu un mariage d'amour. Les nouveaux compères ont tenu la maison bleue secouées par les vagues allemandes, bien soutenus par un Hugo Lloris impeccable. L'exemple le plus marquant, le sauvetage d'Umtiti devant Thomas Müller (31e) à moins de deux mètres de son but. Dans cet Euro, Didier Deschamps a beaucoup cherché. Pour sa charnière, c'est trouvé. 

Les absents causent toujours du tort 

L'Allemagne a perdu malgré sa domination, enfermée dans des séquences de jeu parfois trop stérotypées vers ses latéraux Joshua Kimmich et Jonas Hector, ou vers son avant-centre gringalet Müller, systématiquement cherché dans des positions improbables entre Umtiti et Koscielny. Devant la taille, la robustesse, les déviations de Mario Gomez, touché aux adducteurs, ont manqué. Au milieu, Sami Khedira, lui aussi blessé aux adducteurs, a rappelé que sa discrétion n'était pas synonyme d'inaction. Son ombre a poursuivi, et facilement dépassé, un Bastian Schweinsteiger physiquement à la rue et plus habitué à des rentrées en cours de match. Derrière, les montées balle au pied de Mats Hummels, suspendu, auraient sans doute fait trembler des Paul Pogba et Blaise Matuidi pas toujours à leur meilleur niveau. Son jeu long aussi a manqué. De ce côté là, tout a reposé sur Jérôme Boateng. Tellement que le corps du défenseur du Bayern a cédé à la 60e minute. Une sortie, nouvel astre aligné dans la nuit étoilée des Bleus. L'Allemagne, privé de son meilleur joueur, de son leader de terrain, la suite était logique. Le bourreau pour achever les Allemands ? Griezmann bien sûr. Sur le côté gauche, Pogba a fait danser son vis-à-vis avant de centrer. Manuel Neuer, trop court, ne peut que dévier le ballon vers Grizi. 2-0. La chance sourit aux audacieux, ce soir les Bleus ne l'ont pas vraiment été, mais elle a insisté.



bravo bravo bravo bravo bravo bravo bravo bravo bravo bravo bravo bravo bravo bravo bravo bravo bravo bravo bravo bravo bravo bravo bravo bravo bravo bravo bravo


Enregistrer
Revenir en haut Aller en bas
jeusetmatch

avatar

Messages : 42040
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: Football Masculin -EURO 2016    Ven 8 Juil 2016 - 7:07

LES IMAGES
http://fr.uefa.com/uefaeuro/season=2016/matches/round=2000450/match=2017906/index.html






















21:49Griezmann marque son 5e but à l'UEFA EURO 2016 au meilleur des moments, juste avant la pause !





















France celebrations vs Germany in full. Iceland's hand clap
https://www.youtube.com/channel/UCyGa1YEx9ST66rYrJTGIKOw


https://youtu.be/jtd_oiAS3EU
Revenir en haut Aller en bas
jeusetmatch

avatar

Messages : 42040
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: Football Masculin -EURO 2016    Ven 8 Juil 2016 - 7:50

France vs Allemagne 2-0 HD Résumé entier du match Euro 2016

https://www.youtube.com/channel/UCnPK7qPdzBh4m0ZKYOTSepw



https://youtu.be/766rdWZcxAY
Revenir en haut Aller en bas
jeusetmatch

avatar

Messages : 42040
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: Football Masculin -EURO 2016    Ven 8 Juil 2016 - 7:55

Euro 2016 : La France en finale. Réaction de Giroud et Pogba
https://www.youtube.com/channel/UCD2WW1F7Fjkxb7WUiEU2OSQ



https://youtu.be/d5Tvl_AnhzI
Revenir en haut Aller en bas
jeusetmatch

avatar

Messages : 42040
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: Football Masculin -EURO 2016    Ven 8 Juil 2016 - 8:17

Euro 2016 : La france en Finale. Réaction d'Antoine Griezmann
https://www.youtube.com/channel/UCD2WW1F7Fjkxb7WUiEU2OSQ



https://youtu.be/25k4nHNgIkE
Revenir en haut Aller en bas
jeusetmatch

avatar

Messages : 42040
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: Football Masculin -EURO 2016    Ven 8 Juil 2016 - 8:24

TABLEAU

http://www.maxifoot.fr/france-2016/calendrier-euro-phase-finale.htm


Revenir en haut Aller en bas
jeusetmatch

avatar

Messages : 42040
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: Football Masculin -EURO 2016    Ven 8 Juil 2016 - 10:08

UEFA Euro 2016

http://www.beinsports.com/france/euro-2016/news/clattenburg-arbitre-de-la-finale/295002
Clattenburg arbitre de la finale

Sans grande surprise, l'UEFA a désigné Mark Clattenburg pour arbitrer la finale de l'Euro 2016 entre la France et le Portugal, dimanche au Stade de France. L'Anglais, qui a dirigé la dernière finale de Ligue des champions entre le Real Madrid et l'Atletico, n'a dirigé ni la France, ni le Portugal depuis le début de la compétition.



Dernière édition par jeusetmatch le Ven 8 Juil 2016 - 12:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
jeusetmatch

avatar

Messages : 42040
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: Football Masculin -EURO 2016    Ven 8 Juil 2016 - 12:30

FINALE FRANCE PORTUGAL
http://yourzone.beinsports.fr/euro2016-france-portugal-6-raisons-qui-font-finale-sera-tout-sauf-formalite-107373/

6 raisons qui font que cette finale sera tout sauf une formalité

Photo Panoramic
La France est en finale, mais le Portugal aussi. Bourreaux du champion du monde en titre, les bleus ont créé la sensation en atteignant la finale de "leur" Euro. Si les hommes de Deschamps ont d’ores et déjà enfilé le costume de favori, voilà pourquoi cette finale au Stade de France aura son lot de surprises.
- Le Portugal n’est pas tueur, mais il est solide
Vous ne verrez pas la Seleçao apporter du panache à cette finale qui s’annonce intense. Griezmann et ses compères vont devoir être plus mobiles que jamais pour venir secouer les verrous d’un bloc-équipe très coriace.
Car si l’on revoit les matchs des portugais, ils ne sont pas brillants, mais ils ne sont pas non plus si mal que ça ; leur place en finale en est témoin. Ils se découvrent très peu, n’apportent pas énormément de surnombre devant, mais placent des attaques qui vous rappellent qu’à tout moment, ils sont capables de scorer.
Le Portugal marque peu de buts, mais le Portugal gagne.
- La France est favorite, et ce n’est pas forcément un avantage
Ce match contre la Nationalmannschaft est le meilleur des exemples : Les atouts des Bleus sont plus saillants quand ils ne sont pas maîtres du ballon. Les Allemands ont eu beau déployer un jeu léché, fluide, porté vers l’avant, ils auront souffert face aux contres français.
Ce match apportera également une dose de pression sur des épaules qui vont devoir rester solides tout au long d’un match très indécis. Justement, les Portugais n’auront pas cette pression, ils ne séduiront pas et ne chercheront pas à le faire, ils défendront et attendront patiemment leur chance.
La France trouvera-t-elle la faille ? En tout cas les hommes de Fernando Santos ne leur rendront pas la tâche facile.
- Cristiano Ronaldo est au rendez-vous
Ce n’est pas sa meilleure compétition, mais il est bel et bien là. Il n’a pas fait des fulgurances, mais il est le Leader incontestable de cette équipe. Après n’avoir été que l’ombre de lui-même pendant d’innombrables minutes dans cet Euro, il est venu débloquer la situation en demi-finale.
Dimanche, on n’aura aucune idée de son état de forme, mais ce qui est sûr c’est qu’il est capable de tout. Peut-être sera-t-il fantomatique, peut-être sera-t-il étincelant, mais ce qui est sûr c’est que de la première minute jusqu’au coup de sifflet final, le capitaine Lusitanien peut prendre à défaut la défense tricolore.
- Patrice Evra, ce maillon faible qui n’a pas encore craqué
Evra n’est pas une assurance tous risques, c’est peu de le dire. Souvent pris à défaut dans son couloir, le poids des années le rattrape quand il s’agit de faire face à des joueurs beaucoup plus frais. Il ne souffle pas la sérénité, mais n’a pour l’instant pas encore été extrêmement préjudiciable. Pas encore…
Contre les Allemands, on s’attendait à le voir craquer, ce ne fût pas le cas. Les attaques adverses prenaient surtout le côté opposé, où Sagna avait plus de travail à faire. Mais le Turinois aura perdu tout hermétisme en fin de match, où des Allemands transcendés par l’énergie du désespoir trouvaient un Joshua Kimmich à chaque fois libre de tout marquage.
Le bavarois de 21 ans a été un danger constant. D’abord avec une frappe venant atterrir sur le poteau d’un Lloris battu, ou sur des centres dans le vent de ses attaquants, qui auraient abouti à coup sûr à des buts sans le magistral Lloris.
Nani est redoutable, imprévisible, et que dire s’il venait à permuter avec Ronaldo ? Et quand bien même il aura tenu la baraque, résistera-t-il à l’entrée en jeu d’un Quaresma frais et virevoltant ?
- La France a convaincu, mais moins que ce que l’on pourrait croire
La France a renversé la vapeur contre l’Irlande. La performance est à saluer, mais l’Irlande ne devait pas leur causer tant de fil à retordre. Les Bleus ont marqué par deux fois et séduit en seconde période, mais ce n’est qu’après avoir souffert et longtemps couru après le score.
5-2. Score fleuve face à l’Islande et jeu séduisant. Oui, mais l’Islande n’avait plus tellement les jambes après avoir joué le match de sa vie face à l’Angleterre. Ce résultat est bon pour la confiance, mais il est bien entendu plus facile de scorer face à des joueurs essorés.
Cela n’altère en rien la prestation de Giroud et compagnie. Leur match a été magistral, et ils ont pu faire étalage de toute leur magie, magie qui aura illuminé nos yeux.
Contre l’Allemagne, deux chose sont apparues à la lueur d’un Vélodrome bouillant ce soir-là. Un, cette équipe a du cœur, de la hargne, de la rage qui fait d’eux une équipe formidable. Deux, cette équipe a le vent en poupe.
L’Allemagne a été archi-dominatrice en première mi-temps, mais a offert un but sur un plateau d’argent dans les derniers instants de cette même mi-temps. Ensuite, le deuxième but est survenu sur un étonnant laxisme de l’arrière-garde germanique. Le travail de Pogba a été magnifique, mettant Mustafi dans le vent, mais Neuer est venu faire une intervention qui a profité à Griezmann. Les buts sont là, la victoire est méritée, mais ces opportunités risquent de se faire plus rares contre le Portugal.
-Le Football est imprévisible
Peu misaient sur le Portugal pour une place en finale, les pronostics voyaient les Bleus trébucher face aux Allemands, pourtant tous les deux seront bien là dimanche. Et puis, les finales sont réputées pour leur manque de logique. À l’image de tout un mois bourré de surprises, cette finale pourrait nous en réserver de nombreuses autres…
Ouahib Jalal
Revenir en haut Aller en bas
jeusetmatch

avatar

Messages : 42040
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: Football Masculin -EURO 2016    Lun 11 Juil 2016 - 6:43

Le Portugal prolonge le plaisir

LUNDI, 11 JUILLET 2016  par Fred Azilazian au Stade de France  

  • http://fr.uefa.com/uefaeuro/season=2016/matches/round=2000451/match=2017907/postmatch/report/index.html


Portugal 1-0 France (a.p.)


Au bout du suspense, sans Ronaldo, le Portugal a brisé le rêve de conquête tricolore et a remporté son premier EURO.

La France est tombée sur un os dimanche à Saint-Denis. L'équipe de Didier Deschamps n'a pu offrir à son pays son premier titre majeur depuis 16 ans et l'UEFA EURO 2000. Les Portugais ont quant à eux raflé le premier EURO de leur histoire, 12 ans après leur finale perdue à domicile face à la Grèce à l'UEFA EURO 2004, sur ce même score final de 1-0.

Avec le même onze de départ que face à l'Islande (5-2) et l'Allemagne (2-0), la bande à Didier Deschamps n'avait pourtant pas tardé à enflammer l'enceinte dyonisienne. Dès la 9e minute, l'inévitable Griezmann reprenait de la tête un centre parfait de Payet et obligeait Rui Patricio à un premier exploit.
Archi-dominateurs, face à une Selecçao peu fringante, à l'image de son parcours à l'arraché jusqu'en finale, les Bleus poussaient mais ne parvenaient pas à trouver la faille (22e). Blessé au genou, Cristiano Ronaldo, en pleurs, se faisait quant à lui remplacer prématurément par Quaresma (25e).

Moins de 10 minutes plus tard, Sissoko, en feu, enrhumait Adrien dans la surface et remettait Rui Patricio à contribution (33e).
Au retour des vestaires, les Bleus, emmenés par un Sissoko toujours aussi mordant, tentaient d'emballer le match mais Griezmann butait encore sur Rui Patricio (57e) ou voyait sa tête frôler la transversale sur un centre de Coman (65e). Malgré plusieurs occasions tricolores (Giroud 74e, Sissoko 83e, Gignac sur la poteau 90e) et une tentative de Nani repoussée par Lloris (80e), le score restait nul et vierge.
Durant la prolongation – la 3e de la Selecçao lors de cet EURO et la première côté français –, le Portugal finissait très fort et prenait peu à peu le dessus sur les Bleus. Après deux énormes occasions (103e et 107e), Éder ouvrait le score d'un tir croisé du droit de 25 mètres (109e). Et permettaient aux siens de remporter la 15e finale de l'histoire de l'UEFA EURO. Et de soulever le fameux trophée Henri Delaunay.


Revenir en haut Aller en bas
jeusetmatch

avatar

Messages : 42040
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: Football Masculin -EURO 2016    Lun 11 Juil 2016 - 6:56

LE TABLEAU

Revenir en haut Aller en bas
jeusetmatch

avatar

Messages : 42040
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: Football Masculin -EURO 2016    Lun 11 Juil 2016 - 7:04

Euro 2016 : le Portugal prive les Bleus d’une victoire en finale de « leur » Euro
LE MONDE | 10.07.2016 à 23h46 • Mis à jour le 11.07.2016 à 06h43 | Par [url=
http://www.lemonde.fr/journaliste/remi-dupre/
]Rémi Dupré[/url]

Il y eut le 27 juin 1984. Puis, le 12 juillet 1998. Et enfin, le 2 juillet 2000. Il n’y aura pas de 10 juillet 2016. Au terme d’un parcours étonnant, les Bleus ne sont pas parvenus à offrir au football français un quatrième trophée majeur. Cueillis à froid en prolongations par le Portugal, les protégés de Didier Deschamps se sont inclinés (0-1), en finale de « leur » Euro, devant un public du Stade de France abasourdi.
Après le sacre de la bande à Michel Platini lors de l’Euro 1984 (déjà dans l’Hexagone), puis celui de Zinédine Zidane et consorts au Mondial 1998 (encore « à la maison ») et à l’Euro 2000 (Pays-Bas et Belgique), la « génération Griezmann » a, elle, échoué à entrer dans les annales du ballon rond.
En quête d’un troisième sacre continental, l’équipe de France n’a pas réussi à briser le cercle infernal dans lequel elle est enfermée depuis le 9 juillet 2006 et sa défaite (1-1 puis 3-5 aux tirs au but) en finale du Mondial allemand. Depuis le coup de tête funeste de Zinédine Zidane sur l’Italien Marco Materazzi, elle affiche une décennie d’infortunes et de polémiques en tout genre.

image: http://s2.lemde.fr/image/2016/07/11/534x0/4967285_6_1ede_cristiano-ronaldo-souleve-le-trophee-de_7e978963226262423cdb54baae58cdb3.jpg
Cristiano Ronaldo soulève le trophée de l’Euro 2016. Martin Meissner / AP
Portugal-France :   Un Euro iconoclaste jusqu’au bout ?
A Saint-Denis, les Bleus ont été dominés par le Portugal de Cristiano Ronaldo, pourtant sorti sur blessure dès la 25e minute de la partie. La Selecçao conjure ainsi « sa » malédiction face aux Tricolores. Elle n’avait plus gagné contre l’équipe de France depuis un match amical disputé au Parc des Princes en 1975… Battue en finale de « son Euro » par la Grèce, en 2004, la sélection lusitanienne réussit ainsi à remporter le premier trophée majeur de son histoire.
Sous un soleil de plomb, les supporteurs portugais ont poussé la chansonnette aux abords du Stade de France, drapés dans des étendards rouges et verts. La bière coulait à flot tandis que des enceintes géantes crachaient de la « techno » lancinante.
A l’intérieur de l’enceinte, les spectateurs français ont longuement ovationné les Bleus à l’échauffement. A contrario, ils ont sifflé la star portugaise Cristiano Ronaldo, alias « CR7 », principale menace d’une Selecçao qui n’avait gagné, jusqu’ici, qu’un match dans le temps réglementaire : en demi-finales (2-0) contre le Pays de Galles.
Comme lors du match d’ouverture, un mois plus tôt, le DJ David Guetta s’est installé derrière ses platines pour animer la cérémonie de clôture de la compétition. A ses côtés, la chanteuse suédoise Zara Larsson s’est distinguée par son timbre de voix agaçant. Vainqueur du tournoi en 2008 et 2012, l’ex-milieu international espagnol Xavi a ensuite pénétré sur la pelouse pour « rendre » le trophée Henri-Delaunay.
La sortie précoce de Cristiano Ronaldo
Visiblement émus, les Bleus se tiennent par les épaules alors que l’orchestre interprète La Marseillaise, reprise par le public dyonisien. Hargneux et combatifs, les Tricolores entament la rencontre sur un rythme soutenu. Au bord de la pelouse, le sélectionneur portugais Fernando Santos tente désespérément de chasser de la main la nuée de papillons de nuits qui a envahi l’enceinte.
A la demi-volée manquée de l’attaquant lusitanien Nani, Moussa Sissoko répond par une frappe trop enlevée (6e). Le puissant milieu des Bleus se distingue ensuite en enfonçant les lignes adverses avec autorité. Puis, lancé sur le flanc gauche, Antoine Griezmann décoche une salve (7e) dans le petit filet extérieur de Rui Patricio, le portier portugais.
Dans la minute qui suit, Dimitri Payet percute le genou de Cristino Ronaldo lors d’un duel à la régulière. Le capitaine de la Selecçao grimace tout en boitillant. Dans la foulée, Payet adresse un centre précis vers Griezmann, dont la tête lobée oblige Rui Patricio à réaliser une claquette (10e).

image: http://s2.lemde.fr/image/2016/07/11/534x0/4967286_6_24b8_la-blessure-de-cristiano-ronaldo_35dad6b37f394f97ec3a84b28d81d73d.jpg
La blessure de Cristiano Ronaldo. Darren Staples / REUTERS
A chacune de ses accélérations, Cristiano Ronaldo se tient longuement le genou. La star du Real Madrid finit par s’écrouler, en larmes. Copieusement sifflé, l’attaquant portugais se fait ensuite straper au bord du terrain avant de retrouver ses coéquipiers. Très en jambes, Moussa Sissoko, parti de sa moitié de terrain, perfore alors la défense adverse. Sa lourde frappe est contrée (22e) en corner par un arrière portugais.
Au fil des minutes, l’état de Ronaldo commence à inquiéter le staff portugais. Soudainement, « CR7 » s’effondre de nouveau, le regard furieux. En pleurs, le meilleur joueur de l’histoire du foot lusitanien transmet son brassard à Nani avant d’être évacué sur une civière (25e), sous les applaudissements du public dyonisien.
La star est alors remplacée par Quaresma, qui avait donné la victoire (1-0) à sa sélection, en prolongations, contre la Croatie, en huitièmes de finale. Sur une énième percée, Moussa Sissoko élimine le milieu portugais Adrien Silva et décoche une frappe sèche, bien arrêtée par Rui Patricio (34e). Comme rassérénés par la sortie précoce de leur capitaine, les Lusitaniens font tranquillement circuler le ballon, imposant un faux rythme. Comme endormis, les Bleus regagnent les vestiaires en silence.

Les arrêts de Rui Patricio

En début de seconde période, Paul Pogba tente de réveiller ses partenaires. Mais sa demi-volée passe au-dessus de la cage de Rui Patricio (53e). Transparent, Payet sort à l’heure de jeu au profit du véloce Kingsley Coman, 20 ans. L’entrée du joker de luxe français apporte de la vitesse au jeu des Tricolores. Et sur l’un des centres de l’attaquant du Bayern Munich, Antoine Griezmann place un joli coup de tête qui flirte avec la lucarne (66e).
Bien en place, les Portugais peinent alors à endiguer les vagues françaises. Servi par Coman, Olivier Giroud décoche une frappe croisée du gauche que repousse avec autorité Rui Patricio (75e). Désireux de faire sauter le verrou portugais, Didier Deschamps décide de faire sortir Giroud, en sueurs, pour faire entrer André-Pierre Gignac.
Contre le cours du jeu, les Portugais se créent une belle occasion. Peu sollicité jusqu’ici, le gardien français Hugo Lloris doit s’employer sur une jolie reprise acrobatique de Quaresma (80e). Marchant sur l’eau, Moussa Sissoko voit sa frappe supersonique détournée, une fois de plus, par Rui Patricio (83e).
Le public du Stade de France trépigne et donne de la voix pour pousser son équipe. Dans les arrêts de jeu, André-Pierre Gignac mystifie Pepe avant de trouver le poteau du gardien portugais. Mark Clattenburg, l’arbitre anglais de la rencontre, siffle la fin du temps réglementaire.

Le coup de fusil d’Eder

Visiblement fatigués, les Bleus s’exposent aux contre-attaques éclair de la Selecçao. Sur un corner de Quaresma, le géant portugais Eder place une tête piquée, sauvée en catastrophe par Hugo Lloris (103e). Entré en fin de deuxième mi-temps, l’attaquant de Lille met au supplice la défense française. Eder touche le ballon de la main, ce qui vaut mystérieusement un carton jaune à Laurent Koscielny. Dans la foulée, le coup franc de Raphaël Guerreiro s’écrase sous la barre de Hugo Lloris. Le public du Stade de France retient son souffle.
A la 109e minute, Eder assomme les supporteurs des Bleus en ouvrant le score. L’attaquant portugais résiste à la charge de Laurent Koscielny et bat Hugo LLoris d’une jolie frappe croisée. Pour arracher l’égalisation, Didier Deschamps lance dans l’arène Anthony Martial, qui n’avait plus joué depuis le deuxième match face à l’Albanie. En vain.
Au coup de sifflet final, les joueurs français s’effondrent, groggy. Didier Deschamps contient, lui, sa colère. Malgré un beau parcours, ses hommes n’ont pas réussi à atteindre leur objectif suprême : gagner « leur » Euro. Leur médaille d’argent autour du cou, ils errent longuement sur la pelouse avant de saluer leurs supporteurs. Blessé, Cristiano Ronaldo peut, lui, soulever fièrement le trophée Henri-Delaunay. Et continuer d’écrire sa légende.
Euro 2016 :   Joue-la (collectif) comme Ronaldo

image: http://s1.lemde.fr/image/2016/07/10/534x0/4967281_6_5fa8_didier-deschamps-et-ses-joueurs-apres-la_f9550a97b1d918eb2e26a359704bb980.jpg


Didier Deschamps et ses joueurs après la finale de l’Euro 2016, le 10 juillet au Stade de France. FRANCK FIFE / AFP
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/euro-2016/article/2016/07/10/euro-2016-le-portugal-prive-les-bleus-d-une-victoire-en-finale-de-leur-euro_4967282_4524739.html#PMvSE6eOMt2a7sIA.99
Revenir en haut Aller en bas
jeusetmatch

avatar

Messages : 42040
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: Football Masculin -EURO 2016    Lun 11 Juil 2016 - 7:20

Classement


Revenir en haut Aller en bas
jeusetmatch

avatar

Messages : 42040
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: Football Masculin -EURO 2016    Lun 11 Juil 2016 - 7:26

Euro 2016: «Rien de bon cette année en foot», c'est la dépression à Marseille après France-Portugal
FOOTBALL Sur le Vieux-Port, les très nombreux Marseillais accusent le coup...
http://www.20minutes.fr/sport/football/1886451-20160711-euro-2016-rien-bon-annee-foot-depression-marseille-apres-france-portugal

A Marseille
« On est maudits ». Le mot est un peu fort mais ramené au contexte marseillais, compréhensible. Footballistiquement, 2016 aura été pour le moins tumultueux dans la deuxième ville de France. Au terme d’une saison chaotique à souffrir avec l’Olympique de Marseille, l’Euro est arrivé un peu incognito. « Un truc de footix », nous répondait certains acharnés du virage sud début juin.
>> A lire aussi : On a lancé une pétition pour jouer France-Portugal au Vélodrome
Avant même qu’on ne parle ballon, Marseille s’est fait happer par sa réputation. Le premier match joué dans la ville entre l’Angleterre et la Russie, a laissé un homme dans un état critique. Et puis petit à petit, avec les caviars de Dimitri Payet, ancien olympien, les victoires qui s’enchaînaient et l’ambiance louée du Vélodrome, l’intérêt s’est fait plus vivace.


Jusqu’à ce dimanche soir où Marseille débordait de ses habitants. Klaxons et drapeaux accrochés au toit de la voiture, maillot de l’OM et maquillage tricolore, fan zone pleine à craquer et le Vieux-Port qui prend des allures de grands soirs. Sur le quai de Rive neuve, c’est un joyeux mélange qui a étiré les terrasses jusque sur la route : Marseillais qui ont rôti sur le sable tout l’après-midi, touristes nordistes avec une sérieuse envie de ne jamais terminer la soirée, quelques étrangers de passages interloqués et de maigres grappes de supporters portugais.

« Oh on se croirait en Ligue 1 les gars, bougez-vous »

Niveau ambiance, l’excitation au comble au coup d’envoi, retombe comme un soufflé au fur et à mesure. « Oh on se croirait en Ligue 1 les gars, bougez-vous », gueule un supporter, vuvuzela en bandoulière. Tant qu’à s’y croire, l’OM reprend le dessus par bribes. Un « Bielsa, Bielsa », résonne furtivement, un « Aux armes » est lancé dans la foulée, de ceux où la bouche s’écorche pour dire « Nous sommes les Français » au lieu de « Nous sommes les Marseillais ». Alors, définitivement pas supportrice des Bleus, Marseille ? « Franchement, vu le feu qu’on a mis au Vélodrome pour la demi, on peut pas dire ça, tranche une locale, drapeau bleu blanc rouge et short aux trois bandes. Mais l’OM… Ça n’a rien à voir, c’est au-delà du foot. »

Passion ou pas, la fréquentation des bars ne ment pas sur les préoccupations du soir. Ecran géant -- > foule. Pas d’écran géant -- > tables vides. Sur une rue qui relie le Vieux-Port au Cours Estienne d’Orves, le Marengo, lui, dont un serveur a été blessé lors des échauffourées du 11 juin, n’a pas sorti de télé. Et n’attire pas les foules ce soir-là. Le rideau sera tiré dès la mi-temps, malgré l'agitation environnante. Et remonté tous les dimanches de l’année, pour voir si l’OM fait un peu oublier la frustration de cette finale d’Euro.



Revenir en haut Aller en bas
jeusetmatch

avatar

Messages : 42040
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: Football Masculin -EURO 2016    Lun 11 Juil 2016 - 7:28

Didier Deschamps reste sélectionneur de l'équipe de France
Le 11/07/2016 à 01:04:00 | 91 Commentaires
http://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Didier-deschamps-reste-selectionneur-de-l-equipe-de-france/705451

Didier Deschamps a confirmé à l'issue de la finale de l'Euro perdue contre le Portugal qu'il restait sélectionneur de l'équipe de France pour les deux prochaines années.

Interrogé sur son avenir après la défaite en finale de l'Euro contre le Portugal (0-1), Didier Deschamps a confirmé qu'il resterait en poste : «Oui, je vais rester, c'était prévu comme ça et vous le savez. Je ne vais pas penser à moi. J'ai besoin de temps pour digérer, comme les joueurs. On repartira pour ce qui nous attend dans deux ans, évidemment.»
M.G.
Revenir en haut Aller en bas
jeusetmatch

avatar

Messages : 42040
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: Football Masculin -EURO 2016    Mer 13 Juil 2016 - 8:06

Revue de presse d'après-finale
http://fr.uefa.com/uefaeuro/news/newsid=2390786.html
LUNDI, 11 JUILLET 2016


 
Revue de presse européenne après la victoire du Portugal en finale de l'UEFA EURO 2016 face à la France dimanche soir à Saint-Denis.
Record 11/07

PORTUGAL
Record
Nous sommes champions d'Europe ! La conquête de notre tout premier titre s'est faite contre le pays organisateur avec un but d'Éder inscrit après 109 minutes de jeu, et sans Cristiano Ronaldo, sorti à la 25e minute.

A Bola
Tous des héros (la note de 10/10 pour tous les joueurs).

FRANCE
L'Équipe
Accablés. Ce matin, la France se réveille avec un sentiment d'occasions manquées. Le Portugal était une équipe à notre portée, moins forte que l'Allemagne, mais en football, ce n'est pas toujours la meilleure équipe qui gagne.

Le Parisien
Ce n'était pas notre jour. Les fans peuvent retirer des points positifs de cette finale perdue, surtout la confirmation que les Bleus disposent d'un grand attaquant.

ESPAGNE
AS
Le Portugal l'a fait ! Un but d'Éder en toute fin de prolongation donne la victoire à une Seleçao sans Ronaldo. Ils ont enterré le fantôme de Lisbonne 2004 en faisant vivre la même chose au pays organisateur la France. Cristiano Ronaldo est en larmes, des larmes de joie ! Le Portugal n'a certainement pas joué un football qui restera dans les annales, mais ils s'en moquent, ils sont champions d'Europe pour la première fois.

ITALIE
Corriere della Sera
Adieu les Bleus. Soirée de larmes à Saint-Denis. Des larmes de colère pour Cristiano Ronaldo qui doit quitter la pelouse après un choc avec [Dimitri] Payet. Des larmes de déception au coup de sifflet final pour la France. Le Portugal, concentré et déterminé pendant tout le match, a presque été meilleur sans Ronaldo. Ils devront remercier également Rui Patrício ainsi que la chance quand [André-Pierre] Gignac a touché le poteau dans le temps additionnel.
© 1998-2016 UEFA. All rights reserved. Mis à jour le: 11/07/2016 14:18:06
Revenir en haut Aller en bas
jeusetmatch

avatar

Messages : 42040
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: Football Masculin -EURO 2016    Mer 13 Juil 2016 - 8:19

LES PORTUGAIS VAINQUEURS RETOURNENT AU PAYS
https://www.facebook.com/uefaeuro/photos_stream?ref=page_internal










Revenir en haut Aller en bas
jeusetmatch

avatar

Messages : 42040
Date d'inscription : 02/12/2011

MessageSujet: Re: Football Masculin -EURO 2016    Mer 13 Juil 2016 - 8:43

Le petit Portugais qui a consolé un partisan français en larmes explique son geste
http://www.journaldemontreal.com/2016/07/12/le-petit-portugais-qui-a-console-un-partisan-francais-en-larmes-explique-son-geste



Son geste d’amour a fait le tour du monde dimanche.
Après la victoire du Portugal à la finale de l’Euro, le petit Mathis, dont le père est Français et la mère Portugaise, n’a pas pu s’empêcher d’aller réconforter un partisan français en larmes dans les rues de Paris.

Le jeune garçon de 10 ans a expliqué aux caméras de BFM TV qu’il était très sensible et qu’il ne pouvait supporter de voir quelqu’un pleurer.
«Au moment de la remise du trophée, nous étions dans la fan zone et il était déjà tard. Comme les gens buvaient beaucoup, nous sommes partis et c'est là que j'ai vu ce monsieur, explique le jeune fan de soccer originaire de Perpignan, dans le sud de la France. Ça m'a fait de la peine, j'aime pas voir les gens pleurer, même si je ne les connais pas... J'ai donc décidé d'aller le voir et le consoler un peu» a-t-il révélé.

Bravo Mathis!



Le petit supporter portugais consolant un Français s'appelle Mathis et vit à Perpignan





http://www.rtl.be/info/video/588982.aspx
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Football Masculin -EURO 2016    

Revenir en haut Aller en bas
 
Football Masculin -EURO 2016
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 28 sur 29Aller à la page : Précédent  1 ... 15 ... 27, 28, 29  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
UN FORUM POUR TOUS CEUX QUI AIMENT OU QUI VEULENT DECOUVRIR LE TENNIS :: LE SALON DES AUTRES SPORTS :: LE FOOTBALL-
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Sauter vers: