UN FORUM POUR TOUS CEUX QUI AIMENT OU QUI VEULENT DECOUVRIR LE TENNIS

Le tennis c'est la volonté, l'amour de la compétition, le dépassement de soi, du talent, beaucoup de travail mais surtout de la passion
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 LES SOEURS WILLIAMS (Américaines)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 21 ... 37  Suivant
AuteurMessage
Destinée
Admin
avatar

Messages : 39627
Date d'inscription : 01/12/2011

MessageSujet: LES SOEURS WILLIAMS (Américaines)   Mar 13 Déc 2011 - 19:32

Rappel du premier message :

Fiches à suivre Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://www.passionnementtennis.com

AuteurMessage
*Fan2RafaEtMaria*



Messages : 8282
Date d'inscription : 06/12/2011

MessageSujet: Re: LES SOEURS WILLIAMS (Américaines)   Mer 22 Aoû 2012 - 0:20

Smile
Revenir en haut Aller en bas
Dana

avatar

Messages : 2210
Date d'inscription : 08/12/2011
Age : 62
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: LES SOEURS WILLIAMS (Américaines)   Mer 22 Aoû 2012 - 16:13

Super c'est une sorte de reconversion Smile
Revenir en haut Aller en bas
Destinée
Admin
avatar

Messages : 39627
Date d'inscription : 01/12/2011

MessageSujet: Re: LES SOEURS WILLIAMS (Américaines)   Mer 22 Aoû 2012 - 20:32

Oui sûrement Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://www.passionnementtennis.com
Destinée
Admin
avatar

Messages : 39627
Date d'inscription : 01/12/2011

MessageSujet: Re: LES SOEURS WILLIAMS (Américaines)   Jeu 23 Aoû 2012 - 21:58

Serena Williams était invitée au show de David Letterman.
New York, 23 août 2012


Source : http://www.zimbio.com/pictures/qIilTRyiMbf/Serena+Williams+in+Red/x-RNPhxF1ww





Revenir en haut Aller en bas
http://www.passionnementtennis.com
Destinée
Admin
avatar

Messages : 39627
Date d'inscription : 01/12/2011

MessageSujet: Re: LES SOEURS WILLIAMS (Américaines)   Jeu 23 Aoû 2012 - 22:04

Publiée le 23 août 2012 par CBS
David Letterman - Serena Williams




Publiée le 22 août 2012 par ThrowedTunez64



Publiée le 23 août 2012 par imjaybird


Revenir en haut Aller en bas
http://www.passionnementtennis.com
tipou

avatar

Messages : 76241
Date d'inscription : 05/12/2011

MessageSujet: Re: LES SOEURS WILLIAMS (Américaines)   Ven 24 Aoû 2012 - 3:42

Merci superr1
Revenir en haut Aller en bas
Dana

avatar

Messages : 2210
Date d'inscription : 08/12/2011
Age : 62
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: LES SOEURS WILLIAMS (Américaines)   Ven 24 Aoû 2012 - 15:03

Serena est vraiment sympa .Quel naturel dans cette IW Smile Smile
Revenir en haut Aller en bas
Destinée
Admin
avatar

Messages : 39627
Date d'inscription : 01/12/2011

MessageSujet: Re: LES SOEURS WILLIAMS (Américaines)   Ven 24 Aoû 2012 - 16:11

Elle m'a bien fait rire moi Very Happy superr1
Revenir en haut Aller en bas
http://www.passionnementtennis.com
Destinée
Admin
avatar

Messages : 39627
Date d'inscription : 01/12/2011

MessageSujet: Re: LES SOEURS WILLIAMS (Américaines)   Mer 29 Aoû 2012 - 19:00

Un très beau texte et un bel hommage à Venus, à lire absolument en entier superr1 bravo Very Happy

Le blog de la rédac' > Venus, Venise et la résurrection
Par Rémi Cap-Vert, mercredi 29 août 2012 à 18:29

http://www.welovetennis.fr/blog-redaction-grandchelem/54829-venus-venise-et-la-resurrection

« Le mal est une nécessité. C’est lui qui attise le feu du vrai génie. »


L’été est souvent saison de découvertes dans les vies de chacun. Découvertes humaines, découvertes culturelles. Découvertes, car le temps s’y ralentit par la longueur du jour, la pesanteur du climat et les congés posés, ici, là, nulle part. Le temps qui s’écoule lentement – mais toujours trop rapidement – permet de recevoir les mouvements de la vie avec une facilité plus grande et rend malléables les barrières et les rigidités personnelles ; c’est l’émotion pour le mouvement de l’âme, c’est l’imprévu pour le mouvement de ce que l’on prévoit. Un peu comme le sable qui, en séchant au soleil, redevient fluide et coulant.

Plus jeune, l’une de mes grandes découvertes estivales fut un voyage, au bout de la nuit, en compagnie de Louis-Ferdinand Destouches. Découverte de toute une vie. Cet été, une autre, majeure, a imprégné ma serviette de plage de ses images, de ses dialogues, aux côtés de la salinité marine. Un ami m’a offert un film, en vue de couper Jeux Olympiques et US Open par le tranchant d’une expérience esthétique rare. « Mort à Venise ». Les passionnés de cinéma ne manqueront pas de reconnaître l’œuvre de Visconti, adaptée du roman de Thomas Mann. Une découverte bouleversante, autant qu’inspirante ; elle m’insuffla création, réflexion, écriture, un peu comme l’enthousiasme emplissait le poète en des temps très antiques.

Il y a un an, à la fin de l’été, Venus Williams vivait sa propre découverte. Une découverte extrêmement douloureuse, soufflant le changement en rafale dans sa vie de sportive : une maladie auto-immune, le syndrome de Sjögren, « affectant [son] énergie et qui provoque une fatigue et des douleurs articulaires ». Prise entre le soulagement d’enfin nommer son mal et la dévastation liée aux conséquences d’un diagnostic potentiellement mortel sur le plan sportif à 31 ans passés, Venus se retirait du circuit pour une durée indéterminée, afin de se soigner en une convalescence forcée.

Gustav Von Aschenbach est un compositeur et chef d’orchestre en proie au mal : une recherche de la perfection pleine d’inanité, qui aboutit à un échec musical absolu lorsque la première de son œuvre ultime rencontre quolibets et sifflets sur la scène viennoise – à moins que ce n’en soit une allemande, je ne m’en souviens plus –, c’est le chef d’œuvre inconnu raconté par Balzac des décennies plus tôt ; des problèmes cardiaques, qui le poussent à la retraite et au repos dans un hôtel du lido vénitien. Dans l’ennui et la souffrance, il prend peu à peu conscience de la vanité de sa quête, une quête de perfection, une quête du Beau, une quête d’absolu – l’Azur mallarméen. Le mal est profondément ancré en lui et se dévoile par une attirance coupable, mais irrépressible, qu’il ressent pour un jeune adolescent polonais, Tadzio. « Rien n’est aussi stérile qu’une bonne santé », se rappelle-t-il des propos d’un ami cher. « Et plus encore lorsque la santé de l’âme n’a rien à lui envier. L’art se moque de la moralité personnelle. »

Venus n’a pas nié sa maladie. Elle l’a peu à peu acceptée. Reçue. Comprenant, en profondeur, qu’elle se devait d’évoluer et de changer sa vie, non pas en fonction, mais en cohérence avec elle-même, le syndrome de Sjögren en étant désormais constitutif. « Avec la maturité, arrive un point où vous commencez à réaliser que vous ne pourrez pas tout vaincre », explique l’aînée des sœurs Williams. « Pour moi, c’est ce qui doit vous permettre de vivre votre vie sans regrets. A partir de là, je savais que si j’avais la plus petite chance de frapper à nouveau la balle, je foncerai. » Une prise de conscience décisive, profonde et métamorphosante, qui ne se feint pas, mais qui se digère douloureusement, sans pouvoir se vomir. « Ca prend du temps, d’accepter. Au début, vous vous dîtes : « Demain, je me réveillerai et peut-être sera-ce parti. » Mais ça ne fonctionne pas comme ça. Le temps est nécessaire, vous ressentez les symptômes sans cesse et sans cesse. Jusqu’à ce que vous réalisiez : c’est vrai. »

Gustav le réalise, en même temps qu’il découvre que Venise est rongée par le choléra asiatique. Il intègre sa passion coupable, son attirance viciée, pourtant assujettie à la Beauté. Il l’intègre, mais ne l’accepte ni dans son entièreté, ni ne la concrétise – et ne fait que rêver des paroles échangées avec le jeune Tadzio. Il retrouve néanmoins l’inspiration et compose, dans une contemplation frénétique, porté à l’effort créateur par son mal intérieur. Jusqu’à cette scène finale : allongé dans un transat en bord de plage, maquillé, pomponné, il voit sa Muse et pandémie s’avancer dans l’eau d’une lagune se confondant avec le sable aux reflets du soleil. Il tend la main, comme Dieu vers celle d’Adam sous les pinceaux de Michel Ange… sauf qu’Adam-Tadzio, ici, reste statique tourné vers l’horizon. Et Gustav meurt, effrité, usé, rongé. Effrité, usé, rongé, mais dans une jouissance finale orgasmique. Il ne crée plus, mais son mal le fait note d’une immense symphonie.

Venus, elle, est allé jusqu’au bout du chemin. Abnégation, courage, vertu et volonté, appelez ça comme vous voulez. Une posture debout et non assise ou figée dans un transat faisant face au délabrement progressif d'une ville et d'une vie. Elle est revenue de très loin, forte d’une humilité qui fait dire à sa sœur, Serena : « Après avoir vu ce que ma sœur a vécu, j’aurais honte de me plaindre de quoi que ce soit. » « Maintenant que j’ai accepté ma situation, ça m’aide beaucoup dans la manière dont je prépare mes matches », avance Venus. « L’état d’esprit dans lequel je dois être. J’ai fait une longue route mentalement, émotionnellement et physiquement cette année. Je ne suis plus intimidée par ce que j’ai, j’ai appris à jour avec. Je suis sûr que je suis au début d’un véritable apprentissage. » Sa jouissance à elle, c’est le court, la balle, la raquette et ses univers personnels, jamais bien loin. Non un absolu lointain, main sur la hanche, blondeur au vent, les pieds dans l'eau.

« Ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort » ? Si Aschenbach n’y a pas survécu, Venus Williams, elle, en est devenue une femme nouvelle. Une femme faite d’amour et faite de compassion, quand elle pouvait, auparavant, paraître antipathique dans sa puissance, son impassibilité et un rapport à la victoire quasi-attilesque. Fragile, délicate, mais sereine, elle est, pourtant, j’en suis sûr, beaucoup plus forte qu’avant. Un lecteur, ces jours derniers, parlait de Maria Sharapova, comme archétype actuel de la transformation. Avant, après. Une Maria dont l’image s’est teintée de tendresse suite à tous ses problèmes physiques en 2008. Une Maria émouvante, jusque dans ses bonds et ses larmes sur la terre parisienne, au mois de juin dernier. Elle l’était pourtant avant, mais elle s’est révélée, à elle-même et aux autres. Venus, aujourd’hui, se dévoile à mes yeux d’une façon similaire. Désormais, peu importe qu’elle gagne ou qu’elle perde ; elle est présente, belle dans son humanité, bien au-delà du tennis, bien au-delà du sport.

Elle n’est ni Tadzio, ni Aschenbach. Mais le lido ensoleillé et la preuve qu’homme et mal épousés sont parfois plus vivants que mortifères. Visconti avait tort.




Revenir en haut Aller en bas
http://www.passionnementtennis.com
Dana

avatar

Messages : 2210
Date d'inscription : 08/12/2011
Age : 62
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: LES SOEURS WILLIAMS (Américaines)   Mar 4 Sep 2012 - 15:48

Très très beau texte
Revenir en haut Aller en bas
tipou

avatar

Messages : 76241
Date d'inscription : 05/12/2011

MessageSujet: Re: LES SOEURS WILLIAMS (Américaines)   Mer 5 Sep 2012 - 1:53

Merci

Bel article superr1
Revenir en haut Aller en bas
*Fan2RafaEtMaria*



Messages : 8282
Date d'inscription : 06/12/2011

MessageSujet: Re: LES SOEURS WILLIAMS (Américaines)   Sam 8 Sep 2012 - 1:13

Beau texte en effet superr1
Revenir en haut Aller en bas
*Fan2RafaEtMaria*



Messages : 8282
Date d'inscription : 06/12/2011

MessageSujet: Re: LES SOEURS WILLIAMS (Américaines)   Lun 10 Sep 2012 - 22:03

Mouratoglou, l’arme fatale de Serena ?
Emmanuel Rupied 10 septembre 2012
http://www.servicegagnant.net/2012/09/10/mouratoglou-larme-fatale-de-serena/?



Deux mois, quatre titres dont deux grand chelem et une médaille d’or, voila le bilan de l’été fructueux, il faut bien le dire, de Serena Williams. Tel Attila, version féminine et en plus cool, l’Américaine a tout écrasé sur son passage. Collaborant avec Patrick Mouratoglou, entraineur Français de 42 ans, depuis son élimination au premier tour de Roland-Garros le 29 mai dernier, d’abord en tant que conseiller puis comme entraineur , Serena à évolué, aussi bien physiquement que techniquement, c’est indéniable. Alors Patrick Mouratoglou est-il à l’origine de tout cela ? Ou peut-on tout simplement parler de réaction d’orgueil de la part d’une immense championne ? Service Gagnant vous donne quelques éléments de réponse.

Le 29 mai dernier, la future numéro quatre mondiale est alors défaite par la Française Virginie Razzano, 111e mondiale au premier tour de Roland-Garros. Serena Williams est une championne, mais, allant sur ses 31 printemps, l’Américaine pas épargnée par les blessures et autres complications médicales ces dernières années (coupure au pied a cause d’un bout de verre, embolie pulmonaire) n’a plus le corps et le mental de ses vingt ans.

Afin de revenir au plus haut niveau au lieu de faire de la figuration, l’Américaine fait alors appel à l’entraineur Français Patrick Mouratoglou qui à déjà entrainé et révélé Baghdatis (finaliste de l’open d’Australie 2006 avec le Français), Pavlyuchenkova, Rezai ou plus récemment Chardy et Dimitrov. L’homme est aussi et surtout connu pour son académie (portant son nom) qu’il a créée en 1996. Une première, sachant que la cadette des sœurs Williams n’a jamais cherché de l’aide à l’extérieur, préférant le cercle familial et son père-entraineur Richard Williams.

Cette collaboration qui ne devait durer que trois jours au départ, s’est transformée en idylle et continue depuis maintenant trois mois, avec les résultats que l’on connait. La méthode Mouratoglou ? Au vu de son livre éduquer c’est gagner ainsi que des nombreuses interviews qu’il a pu donner, le caractère psychologique est primordial dans l’entrainement du « champion ». A une époque, où les joueurs et joueuses de tennis les plus connus sont surmédiatisés, l’approche mentale est d’autant plus importante face à la pression que les médias peuvent mettre sur leurs épaules.

Une championne sur le déclin reste une championne et cela le Français l’a compris, car si l’aspect technique est physique est bien visible, et mis en avant par les deux protagonistes, après deux mois de travail, l’aspect mental est on peut le penser à la base du processus. Surtout face à une joueuse de la trempe de Serena que l’on peut penser usée après presque dix-sept ans de carrière, fatiguée de repartir à la baston avec les jeunes louves du circuit qui rôdent dans le coin et qui ont les crocs. Un mental d’acier qui lui a servi quand elle a vu Azarenka aka « louve numéro un » servir pour le titre à 5-4 dans la manche décisive.

Si le mental est primordial, le plus impressionnant dans la transformation de Serena, c’est son physique. Plus fine que jamais, les muscles saillants, la nouvelle Serena est d’abord plus impressionnante physiquement. Galopant pendant tout le tournoi et développant une puissance de frappe phénoménale, le travail qu’elle à mise en place durant l’été lui a permis de gagner en endurance et cela s’est notamment vu lors de la finale de l’US Open d’une intensité phénoménale face à Viktoria Azarenka réputée pour être très endurante.

Techniquement parlant, Mouratoglou confiait récemment que « Sur le plan technique il y avait beaucoup de petits ajustements à faire et avec une joueuse de ce niveau, les petits ajustements ont de grands effets ». On veut bien le croire. Ses victimes de l’été aussi. Oui car Serena Williams est une championne perfectible : « Je pense qu’elle est unique au service, en retour et en matière de puissance de frappe. Mais ailleurs elle peut s’améliorer. » Dixit l’entraineur Français. Bref la joueuse a beau avoir trente ans, elle a envie d’évoluer, Mouratoglou aussi.

Mouratoglou aura apporté un plus indéniable à une Serena en perte de vitesse durant ces trois mois, il lui à permis de remonter la pente, mais surtout, il a crée une base de travail importante pour la suite. Car Si Serena a écrasé ses adversaires tout l’été, en partie due à sa mue, elle a surtout misé sur l’avenir avec Mouratoglou en développant de nouveaux axes de travail. Avec une Serena Williams en plein renouveau et une Azarenka dans le coin, le circuit féminin assure donc un avenir radieux, pour les entraineurs Français aussi.

Revenir en haut Aller en bas
Destinée
Admin
avatar

Messages : 39627
Date d'inscription : 01/12/2011

MessageSujet: Re: LES SOEURS WILLIAMS (Américaines)   Lun 10 Sep 2012 - 22:09

On appelle ça une collaboration fructueuse Very Happy superr1 , bon maintenant Moura Machin (trop compliqué comme nom rire moqueur ) peux-tu me façonner Dimitrov mort de rire
Revenir en haut Aller en bas
http://www.passionnementtennis.com
*Fan2RafaEtMaria*



Messages : 8282
Date d'inscription : 06/12/2011

MessageSujet: Re: LES SOEURS WILLIAMS (Américaines)   Lun 10 Sep 2012 - 23:04

mort de rire
Revenir en haut Aller en bas
*Fan2RafaEtMaria*



Messages : 8282
Date d'inscription : 06/12/2011

MessageSujet: Re: LES SOEURS WILLIAMS (Américaines)   Lun 10 Sep 2012 - 23:09

Serena enfin "à son vrai potentiel"
Par Rémi Cap-Vert, lundi 10 septembre 2012 à 18:55
http://www.welovetennis.fr/us-open/55639-serena-enfin-a-son-vrai-potentiel

L'avis de Billie Jean King sur Serena Williams pour le New York Times...

"Maintenant, elle commence à vraiment jouer à son plein potentiel, ce qui est formidable à voir. Je crois qu'elle apprécie vraiment, désormais, le fait d'être en bonne santé, avec ce qu'elle a traversé et ce que sa soeur traverse. Elle est devenue mature en tant que personne. Et, en grandissant, vous appréciez les choses d'une manière différente."

Revenir en haut Aller en bas
Destinée
Admin
avatar

Messages : 39627
Date d'inscription : 01/12/2011

MessageSujet: Re: LES SOEURS WILLIAMS (Américaines)   Lun 10 Sep 2012 - 23:40

superr1
Revenir en haut Aller en bas
http://www.passionnementtennis.com
Dana

avatar

Messages : 2210
Date d'inscription : 08/12/2011
Age : 62
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: LES SOEURS WILLIAMS (Américaines)   Jeu 13 Sep 2012 - 17:14

Mouratoglou va t'il continuer à l'entrainer ????
Revenir en haut Aller en bas
Destinée
Admin
avatar

Messages : 39627
Date d'inscription : 01/12/2011

MessageSujet: Re: LES SOEURS WILLIAMS (Américaines)   Jeu 13 Sep 2012 - 20:25

Aucune idée
Revenir en haut Aller en bas
http://www.passionnementtennis.com
tipou

avatar

Messages : 76241
Date d'inscription : 05/12/2011

MessageSujet: Re: LES SOEURS WILLIAMS (Américaines)   Ven 14 Sep 2012 - 5:07

Insolites > Serena pousse la chansonnette
Par Simon Alves, jeudi 13 septembre 2012 à 12:37
http://www.welovetennis.fr/insolites/55770-serena-pousse-la-chansonnette

Serena Williams a la pêche. Vainqueur de l'US Open pour la quatrième fois de sa carrière, l'Américaine a fêté ça dans un bar karaoké ! Et pour prouver ses allégations , elle a démontré ses "qualités" de chanteuse lors du Late Night with Jimmy Fallon en reprenant "I will survive" de Gloria Gaynor. Une performance pour le moins... dynamique !



Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
*Fan2RafaEtMaria*



Messages : 8282
Date d'inscription : 06/12/2011

MessageSujet: Re: LES SOEURS WILLIAMS (Américaines)   Ven 14 Sep 2012 - 13:22

Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
*Fan2RafaEtMaria*



Messages : 8282
Date d'inscription : 06/12/2011

MessageSujet: Re: LES SOEURS WILLIAMS (Américaines)   Ven 14 Sep 2012 - 13:28

«L'alchimie» selon Serena
Tennis - WTA
Le 14/09/2012 à 10:28:00 | Mis à jour le 14/09/2012 10:32:44
http://www.lequipe.fr/Tennis/Actualites/-l-alchimie-selon-serena/312949#xtor=RSS-1

« Patrick a un impact vraiment positif dans ma vie. (...) Il y a une bonne alchimie entre nous. » Les propos de Serena Williams pour décrire sa relation avec Patrick Mouratoglou après sa victoire à l'US Open ne devaient pas s'entendre qu'au niveau professionnel. L'entraîneur français qui s'occupe avec réussite de la joueuse américaine depuis Roland-Garros (victoires à Wimbledon, aux JO et à l'US Open) tient une place plus intime, d'après la photo diffusée par Nice Matin. D'après le quotidien régional, Williams et Mouratoglou sont en vacances depuis le début de semaine dans l'arrière-pays niçois.





http://www.facebook.com/media/set/?set=a.467498111805.252992.216844256805&type
Revenir en haut Aller en bas
Destinée
Admin
avatar

Messages : 39627
Date d'inscription : 01/12/2011

MessageSujet: Re: LES SOEURS WILLIAMS (Américaines)   Ven 14 Sep 2012 - 14:58

Ah je comprends mieux maintenant pourquoi il a été efficace aussi vite mort de rire mort de rire et oui l'amour s'est bien connu ça donne des ailes rire moqueur superr1

La voilà la recette miracle, Rafa et Troicki moi je dis il est temps de changer de petite amie car visiblement ça vous redonnera peut être des ailes à nouveau mort de rire mort de rire mort de rire

Franchement Serena qui chante I will survive moi je dis bravo bravo superr1
Revenir en haut Aller en bas
http://www.passionnementtennis.com
*Fan2RafaEtMaria*



Messages : 8282
Date d'inscription : 06/12/2011

MessageSujet: Re: LES SOEURS WILLIAMS (Américaines)   Sam 15 Sep 2012 - 15:57

Venus Williams amoureuse : Elio Alberto Pis, le mannequin qui partage sa vie
News publiée Le Lundi 10 Septembre 2012 à 18:17
http://www.purepeople.com/article/venus-williams-amoureuse-elio-alberto-pis-le-mannequin-qui-



L'année dernière à la même époque, Venus William déclarait en conférence de presse de la levée américaine du Grand Chelem souffrir d'une maladie auto-immune, le syndrome de Sjörgen. Une maladie qui la poussait à déclarer forfait et à prendre du recul avant de revenir en forme en début d'année 2012.

Ce millésime 2012 de l'US Open avait donc une saveur toute particulière pour l'aînée des soeurs Williams. Après son titre olympique en double avec sa soeur Serena, Venus espérait réaliser un joli tournoi, elle qui a déjà décroché à deux reprises la timballe new-yorkaise.

Mais dès le second tour, l'Américaine de 32 ans s'est retrouvée dépassée par la jeune Allemande Angelique Kerber et elle a dû ranger ses raquettes un peu plus tôt que prévu. Heureusement, Venus Williams a rapidement retrouvé le sourire, puisque son homme du moment n'était pas loin. La jeune femme semble en effet filer le parfait amour avec un mannequin de 24 ans d'origine cubaine, Elio Alberto Pis. Le couple a été surpris très amoureux dans les allées de Flushing Meadows, se tenant par la main et se susurrant des mots doux quand le bel Hidalgo n'était pas dans le box de la famille Williams pour applaudir sa douce.

Venus Williams et Elio Alberto Pis ont également assisté à la victoire de la cadette Serena en finale du tournoi, et ce n'est pas la dernière fois qu'ils feront une apparition publique. Le jeune homme, mannequin de son état, a en effet selon la presse outre-Atlantique signé avec Venus pour EleVen, la ligne de vêtements de la sportive. Les deux tourtereaux ont donc pris la pose pour promouvoir la marque sportswear à plusieurs reprises, et le top masculin pourrait bien devenir le porte-vêtements officiel de la marque...

En outre, Elio Ablerto Pis aurait depuis peu pris ses quartiers du côté de la Floride et de Miami où le clan Williams a ses habitudes et passe la plupart du temps. Un rapprochement qui ne pourra que faire plaisir à Venus Williams, laquelle semble s'éloigner de plus en plus des courts pour se retrouver de plus en plus souvent dans les bras de son homme !

Revenir en haut Aller en bas
*Fan2RafaEtMaria*



Messages : 8282
Date d'inscription : 06/12/2011

MessageSujet: Re: LES SOEURS WILLIAMS (Américaines)   Sam 15 Sep 2012 - 15:58

Il y a de l'amour dans l'air en ce moment chez les soeurettes Smile
Revenir en haut Aller en bas
tipou

avatar

Messages : 76241
Date d'inscription : 05/12/2011

MessageSujet: Re: LES SOEURS WILLIAMS (Américaines)   Dim 16 Sep 2012 - 16:53

Les soeurs amoureuses Smile elles sont rayonnantes les petites cachottières, l'amour leur va bien au teint Smile
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LES SOEURS WILLIAMS (Américaines)   

Revenir en haut Aller en bas
 
LES SOEURS WILLIAMS (Américaines)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 37Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 21 ... 37  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
UN FORUM POUR TOUS CEUX QUI AIMENT OU QUI VEULENT DECOUVRIR LE TENNIS :: LE CIRCUIT FEMININ :: LES JOUEUSES :: LES AUTRES JOUEUSES-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: