UN FORUM POUR TOUS CEUX QUI AIMENT OU QUI VEULENT DECOUVRIR LE TENNIS

Le tennis c'est la volonté, l'amour de la compétition, le dépassement de soi, du talent, beaucoup de travail mais surtout de la passion
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
-12%
Le deal à ne pas rater :
Manette PS5 DualSense Noire en promotion sur Amazon
64.99 € 73.99 €
Voir le deal

Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
 

 MOTO GP : GRAND PRIX D'AUSTRALIE PHILIP ISLAND 25 au 27 octobre

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
jeusetmatch

jeusetmatch

Messages : 65359
Date d'inscription : 02/12/2011

MOTO GP : GRAND PRIX D'AUSTRALIE PHILIP ISLAND 25 au 27 octobre - Page 2 Empty
MessageSujet: MOTO GP : GRAND PRIX D'AUSTRALIE PHILIP ISLAND 25 au 27 octobre   MOTO GP : GRAND PRIX D'AUSTRALIE PHILIP ISLAND 25 au 27 octobre - Page 2 Icon_minitimeLun 21 Oct 2019 - 8:28

Rappel du premier message :

Phillip Island, Australia


MOTO GP : GRAND PRIX D'AUSTRALIE PHILIP ISLAND 25 au 27 octobre - Page 2 Aus
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
jeusetmatch



Messages : 65359
Date d'inscription : 02/12/2011

MOTO GP : GRAND PRIX D'AUSTRALIE PHILIP ISLAND 25 au 27 octobre - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: MOTO GP : GRAND PRIX D'AUSTRALIE PHILIP ISLAND 25 au 27 octobre   MOTO GP : GRAND PRIX D'AUSTRALIE PHILIP ISLAND 25 au 27 octobre - Page 2 Icon_minitimeJeu 31 Oct 2019 - 18:11

Márquez : Viñales était le plus rapide
https://fr.motorsport.com/motogp/news/marquez-vinales-plus-rapide-australie/4587666/?nrt=112

https://cdn-1.motorsport.com/images/amp/2y3zLom6/s6/race-winner-marc-marquez-repso.jpg
MOTO GP : GRAND PRIX D'AUSTRALIE PHILIP ISLAND 25 au 27 octobre - Page 2 Race-winner-marc-marquez-repso

Par : Michaël Duforest
27 oct. 2019 à 07:53

Marc Márquez a salué la vitesse de Maverick Viñales tout au long du week-end du GP d'Australie, dont le Champion du monde est finalement sorti vainqueur après la chute de son rival.

Et de cinq ! Marc Márquez a remporté ce dimanche sa cinquième victoire consécutive en MotoGP, en s'imposant au Grand Prix d'Australie, à Phillip Island. Invaincu depuis le mois de septembre, le pilote Honda a de nouveau remporté un duel l'opposant à un pilote Yamaha, cette fois Maverick Viñales. Le numéro 12 a en effet chuté dans le dernier tour de course, alors que Márquez venait de prendre les commandes du Grand Prix.

Le vainqueur de l'édition 2018 a éclaboussé tout le week-end de son talent, s'emparant notamment de la pole position avec une demi-seconde d'avance sur son plus proche poursuivant. Marc Márquez savait alors que sa tâche allait être compliquée en course, mais il est parvenu à résister au coup de collier mis par Viñales une fois qu'il avait repris la tête de la course, au dixième tour.
"Aujourd'hui, le pilote le plus rapide était Maverick mais je savais avant la course qu'il allait y avoir cinq ou six tours cruciaux. Et sur ces tours-là, il a énormément attaqué, en 1'29 bas, et c'était mon temps de qualifs ! J'ai quand même réussi à le suivre à la limite, et puis j'ai continué d'attaquer, avant de commencer à le mijoter ! J'ai analysé, essayé de voir comment étaient les pneus et même comme ça, je n'étais pas sûr à 100% car il était très rapide et tous les deux nous n'avions plus de pneus", a-t-il expliqué au site officiel du MotoGP, avant de rappeler en conférence de presse qu'il ne voyait que Viñales comme rival : "Aujourd'hui, Maverick était plus rapide. Mais je l'attendais, je savais qu'il était la cible, qu'il allait revenir après un mauvais départ, je l'attendais."

Une fois la phase de survie dépassée, il fallait envisager la stratégie pour les derniers tours de l'épreuve. À chaque passage dans la ligne droite des stands, il était clair que le numéro 93 relâchait les gaz, tant sa Honda allait plus vite que la Yamaha. Mais un dépassement prématuré aurait offert trop de chances à Viñales de passer de nouveau. La stratégie était alors claire, une tentative unique dans le dernier tour, et de la résistance jusqu'au bout. La chute de "Top Gun" dans le virage 10 a scellé le sort de la course, et une 11e victoire cette saison pour le Champion du monde.
"Mon plan était de le passer dans la ligne droite, puis fermer toutes les portes. Mais d'un coup, j'ai vu qu'il commençait à pleuvoir, donc je me demandais ce qui se passait. J'essayais de freiner très tard, je glissais de l'arrière en entrée de courbe car le pneu était mort, mais dans le virage 10 il m'avait déjà dépassé deux fois. Je suis entré très fort en freinant très fort aussi, mais je ne savais pas qu'il avait chuté. J'aurais eu une seconde chance, avant la ligne d'arrivée j'aurais pu le doubler de nouveau."

En route vers ce succès, Marc Márquez a eu une friction d'importance avec Cal Crutchlow, forçant le Britannique à relever sa moto dans le virage 9 après un contact. Mais l'Espagnol savait très bien qu'il ne pouvait pas laisser Viñales s'échapper : "Je me suis excusé, c'était à la limite, mais un moment crucial. Si sur ce tour, je ne dépasse pas Cal et que Maverick prend une demi-seconde, la course est finie. J'ai donc attaqué à la limite et dépassé Cal car la cible était Maverick."


Alors qu'il a parfois dû rester en retrait sur certaines courses, notamment celles au cours desquelles il s'est battu avec Fabio Quartararo, Márquez avait attaqué d'entrée de jeu sur d'autres circuits, comme la semaine dernière à Motegi. L'Espagnol explique ce changement de stratégie selon les circonstances, et indique que Viñales dominait tellement ce week-end australien que le doute était permis... Jusqu'à ce qu'Alberto Puig, directeur de l'équipe, ne déboule !
"À Misano c'était différent, je voulais juste contrôler d'une meilleure façon car le rythme était similaire. Cela [la stratégie de suivre] fonctionne quand tu as du mal. Quand je suis le plus rapide, j'essaie de faire comme à Motegi, mener la course et attaquer à mon rythme. Aujourd'hui je savais que l'écart était énorme avec Viñales, et avant la course je ne savais pas trop quoi faire car c'est un circuit très rapide, on sort vite quand on chute. Alberto est alors arrivé en disant 'tu dois essayer !' Et donc j'ai cherché l'équilibre. Avec Santi [Hernández, son chef-mécanicien], nous avons choisi le soft à l'arrière pour le suivre. Je voulais le pneu le plus tendre pour le suivre, et puis j'allais survivre en fin de course. Si je n'avais pas pu le suivre, je serais resté avec Cal et le groupe."
Revenir en haut Aller en bas
jeusetmatch

jeusetmatch

Messages : 65359
Date d'inscription : 02/12/2011

MOTO GP : GRAND PRIX D'AUSTRALIE PHILIP ISLAND 25 au 27 octobre - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: MOTO GP : GRAND PRIX D'AUSTRALIE PHILIP ISLAND 25 au 27 octobre   MOTO GP : GRAND PRIX D'AUSTRALIE PHILIP ISLAND 25 au 27 octobre - Page 2 Icon_minitimeJeu 31 Oct 2019 - 18:22

Une chute met fin au "week-end difficile" de Quartararo

https://fr.motorsport.com/motogp/news/quartararo-week-end-difficile-australie/4587749/?nrt=112

MOTO GP : GRAND PRIX D'AUSTRALIE PHILIP ISLAND 25 au 27 octobre - Page 2 Fabio-quartararo-petronas-yama
Par : Michaël Duforest
27 oct. 2019 à 09:59

Fabio Quartararo a abandonné sur chute dès le deuxième virage du Grand Prix d'Australie MotoGP, point final d'un week-end particulièrement difficile, malgré une place en première ligne sur la grille de départ.


Après une chute en Essais Libres 1, le laissant avec une cheville très douloureuse, Fabio Quartararo

Plus d'infos
n'aura pas profité très longtemps du Grand Prix d'Australie, chutant dès le deuxième virage, après un contact avec Danilo Petrucci. Une fin abrupte à un week-end difficile, marqué par des conditions climatiques très compliquées à gérer, notamment samedi, où la séance de qualifications avait dû être annulée et reportée au dimanche matin.
Cela forçait donc le Niçois à passer par la Q1 pour la première fois cette saison, et Quartararo a parfaitement géré l'écueil, terminant en tête de la séance. En Q2, c'est sur la première ligne qu'il est parvenu à hisser sa Yamaha YZR-M1. Le numéro 20 a tout de suite saisi la portée de sa performance, lui qui n'avait pas roulé en EL2, seule séance véritablement sèche et en conditions acceptables avant le warm-up.

"Honnêtement, c'était un week-end difficile. Une grosse chute vendredi, [encore une chute] aujourd'hui... Ce matin je crois que nous avons fait quelque chose d'incroyable, passer de notre première Q1 à la Q2 et à la première ligne, c'était un très bon début de journée. Nous étions un peu confus au niveau du choix des pneus, nous avons pris le hard [à l'arrière pour la course]", a-t-il déclaré au site officiel du MotoGP.
C'est en partie ce choix qui a précipité les choses en course pour Fabio Quartararo. Le Niçois a en effet perdu l'arrière de sa machine dans le virage 2 et partait tout droit dans l'herbe lorsqu'il a été percuté par Danilo Petrucci. L'Italien avait été éjecté de sa machine quelques secondes plus tôt et a atterri sur l'arrière de celle du Français. Quartararo ne blâme donc pas le pilote Ducati pour sa sortie de piste, étant donné qu'il aurait de toute façon quitté le circuit.
"Dans le deuxième virage, beaucoup de pilotes en pneu hard [arrière] ont fait une petite erreur, comme moi, mais la mienne était un peu plus grande, et celle de Petrucci encore plus. Ce n'était pas le meilleur choix de pneu sans aucun tour dessus, mais c'est facile à dire maintenant", explique-t-il. "Honnêtement Petrucci m'a touché, mais même s'il ne m'avait pas touché ça aurait été la même chose, j'aurais été dans l'herbe et j'aurais perdu énormément de positions. Peut-être que j'aurais pu continuer la course, mais la lutte pour le podium ou le top 5 aurait été très difficile. C'est une nouvelle prise d'expérience dans cette année de rookie, je pense que c'est le moment pour faire ce genre d'erreurs."

Au niveau de son choix de pneus, Quartararo refuse toutefois de parler d'erreur, même si l'on a vu que
Maverick Viñales a pu amener une monte soft-soft en toute fin de course, jusqu'à sa chute dans le virage 10. Le Français n'a pas testé la gomme hard arrière avant le départ de la course, mais là aussi cela se justifiait pour lui, étant donné qu'il n'avait pas eu le loisir de rouler en EL2 vendredi après sa chute du matin.
"Si l'on regarde les derniers tours, on voit que Maverick avait beaucoup de mal à contrôler le grip arrière. Pour nous, c'était le choix le plus sûr. Nous n'avons pas roulé avec d'autres pneus que le soft", indique-t-il. "Je pense que ça n'était pas une erreur [de rouler en soft au warm-up]. Je ne peux pas partir dès mes premiers tours sur le sec avec un pneu hard, je pense que la première des choses était d'essayer de rentrer en Q2 et d'être prêt. Avec les températures au sol, le hard était un peu risqué. Rien à regretter sur ce que j'ai fait au warm-up, en Q1 et en Q2."
"On a eu... pas des complications mais on a vu que le hard fonctionnait bien, que le soft avait un peu de mal à terminer la course, donc on a pris cette décision. [Chez qui?] En regardant les chronos, on a vu qu'il y avait pas mal de pilotes qui ont roulé avec le hard, donc on a pris cette décision."

Fabio Quartararo met désormais le cap, comme tout le Continental Circus, vers la Malaisie, pour l'épreuve à domicile de son équipe, où il souhaitera forcément faire mieux que ce week-end. Il ne se met toutefois pas de pression supplémentaire, conscient que d'autres constructeurs pourront faire valoir leur arguments à Sepang.
"Ça ne va pas être facile, on voit que les Ducati ont une grosse vitesse de pointe, Bagnaia était pas mal aujourd'hui donc il a pris pas mal de confiance, Miller a fait un podium... Je pense qu'il faut rester tranquille, on va faire de notre mieux sans pression supplémentaire, juste s'amuser et essayer de ramener pas mal de points."

Revenir en haut Aller en bas
jeusetmatch

jeusetmatch

Messages : 65359
Date d'inscription : 02/12/2011

MOTO GP : GRAND PRIX D'AUSTRALIE PHILIP ISLAND 25 au 27 octobre - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: MOTO GP : GRAND PRIX D'AUSTRALIE PHILIP ISLAND 25 au 27 octobre   MOTO GP : GRAND PRIX D'AUSTRALIE PHILIP ISLAND 25 au 27 octobre - Page 2 Icon_minitimeJeu 31 Oct 2019 - 18:32

Miller 1er Australien sur le podium à domicile depuis Stoner !
https://fr.motorsport.com/motogp/news/miller-podium-domicile-stoner-australie/4587907/?nrt=112

MOTO GP : GRAND PRIX D'AUSTRALIE PHILIP ISLAND 25 au 27 octobre - Page 2 Podium-third-place-jack-miller
- Par : Michaël Duforest
28 oct. 2019 à 08:30

Jack Miller est devenu le premier Australien à monter sur le podium de sa course à domicile depuis Casey Stoner, vainqueur du Grand Prix d'Australie en 2012.

Si l'ambiance tout autour du circuit de Phillip Island était déjà plus que chaleureuse, Jack Miller a fait monter la température de quelques degrés en terminant sur la troisième marche du podium dimanche ! Le pilote Ducati Pramac a mené une course très méthodique, commençant par attendre patiemment en fin de groupe dans les premiers tours. Le tout après s'être tout de même fait une première chaleur au deuxième virage, au moment même où Danilo Petrucci a été envoyé dans un violent highside par sa machine.
"Dès le départ, j'ai pris mon envol et j'ai suivi Petrucci dans le virage 2. J'espère qu'il va bien car quand je l'ai vu sauter de la selle, j'ai gueulé 'Putain de...' ! C'était si violent. La moto est partie d'un coup. Quand nous sommes entrés dans le virage et que nous avons pris l'angle, nous étions un peu large, et avec le hard il n'y avait pas assez de grip. Je suis allé large mais j'ai pu remettre les gaz, lui on dirait que non, et il était plus loin dans le virage. Et elle est juste partie, j'espère qu'il va bien. J'ai dû gérer ça, j'ai perdu deux places, et puis j'étais à l'arrière du groupe. Je ne voulais pas faire ce que je fais d'habitude, c'est-à-dire mener et puis ne plus avoir de grip en fin de course", a-t-il expliqué au site officiel du MotoGP.

Le pilote australien a donc passé les premiers tours principalement à observer ses adversaires, certains tentant d'imposer un rythme important, comme Valentino Rossi

Plus d'infos
, qui a mené les premières boucles de son 400e Grand Prix. Mais au final, c'est bien la Ducati frappée du numéro 43 qui commençait à remonter au classement, jusqu'à se trouver dans les échappements de la machine d'Andrea Dovizioso.
Si Miller pouvait penser vivre quelques tours plus tranquilles à partir de ce moment, c'était sans compter sur son propre équipier, Pecco Bagnaia ! Le Champion du monde Moto2 en titre a réalisé une prestation impeccable, se battant finalement pour le podium face à Miller dans le dernier tour, suite à la chute de Maverick Viñales. Mais personne n'allait empêcher l'Australien de monter sur la boîte à domicile !
"Valentino est parti avec un gros rythme, je me suis dit que c'était osé, et puis il a commencé à revenir vers moi. Rins m'a passé dans le virage 2, il s'est battu dix tours et puis il est revenu. J'ai ensuite eu Dovi devant moi et je me suis dit qu'on allait rouler tranquille mais à dix tours de l'arrivée, Pecco nous a dépassés et il était vraiment dedans. C'était une motivation supplémentaire pour moi car c'est mon équipier, il est rookie, et on est ici à Phillip Island. Je me suis dit qu'il allait cramer ses pneus en trois tours, mais il a commencé à augmenter le rythme."
"J'ai réussi à le passer à la fin, dans l'avant-dernier tour, puis Dovi m'a passé au virage 1, et je pouvais voir qu'il n'avait plus de pneu car il a fait une erreur dans le virage 2. Je suis juste allé à l’intérieur pour le reste du tour et au virage 9 j'ai vu de la fumée et mon rythme cardiaque a sauté de 50 battements car j'étais troisième ! Je suis resté à l'intérieur et puis à fond jusqu'à la ligne !"

Jack Miller a
également tenu à rendre hommage à son équipe, qui a dû faire face à des conditions difficiles, comme tout le paddock MotoGP tout au long du week-end : "Je ne peux assez remercier l'équipe, le week-end a été difficile. Pas uniquement avec toutes les demandes médias, et tout ça, mais la météo a été atroce. C'était formidable jeudi, puis très mauvais vendredi et encore pire samedi. Heureusement [dimanche] ça allait, on a eu une belle course sur le sec, même s'il y avait encore du vent. Les gars dans le garage ont dû travailler énormément pour avoir des réglages corrects au vu du peu de temps de piste réalisé, car quand il ne pleuvait pas, il y avait du vent, et faire des tours était quasiment impossible. Les averses arrivaient, donc on ne pouvait pas vraiment faire un long run. Les gars ont fait un boulot exceptionnel, je ne pourrais pas assez les remercier. Je ne m'attendais pas à être sur le podium, mais je le prends !"

Les festivités se sont bien entendu prolongées dans la soirée, on l'imagine, Miller pouvant compter sur la présence de sa famille et de ses amis. Et quoi de mieux pour fêter un bon résultat que de faire tout cela autour d'un bon barbecue australien ? "Tous les amis, toute la famille [étaient là], c'était incroyable de revenir au box. J'ai toujours voulu faire ça, et c'est une expérience incroyable. Toute ma famille s'est investie pour m'amener où je suis aujourd'hui dans ma carrière, et je ne peux que les remercier. [On a fait] des barbecues le jeudi, toute la famille a cuisiné pour toute l'équipe, et je pense que nous allons pouvoir remettre le couvert [dimanche] soir !"







Revenir en haut Aller en bas
jeusetmatch

jeusetmatch

Messages : 65359
Date d'inscription : 02/12/2011

MOTO GP : GRAND PRIX D'AUSTRALIE PHILIP ISLAND 25 au 27 octobre - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: MOTO GP : GRAND PRIX D'AUSTRALIE PHILIP ISLAND 25 au 27 octobre   MOTO GP : GRAND PRIX D'AUSTRALIE PHILIP ISLAND 25 au 27 octobre - Page 2 Icon_minitimeJeu 31 Oct 2019 - 18:37

La chute de 2018 a "hanté" Crutchlow toute l'année

https://fr.motorsport.com/motogp/news/crutchlow-chute-hante-2018-australie/4588446/?nrt=112

MOTO GP : GRAND PRIX D'AUSTRALIE PHILIP ISLAND 25 au 27 octobre - Page 2 Podium-second-place-cal-crutch
Par : Michaël Duforest
28 oct. 2019 à 11:04

Deuxième du Grand Prix d'Australie, Cal Crutchlow a avoué avoir été "hanté" par l'accident dont il a été victime il y a un an sur le circuit de Phillip Island et qui l'a blessé gravement à la cheville droite.


Douze mois après une terrible chute qui est allée jusqu'à faire planer le doute sur la suite de sa carrière, Cal Crutchlow a retrouvé le circuit de Phillip Island ce week-end. Avec un final en apothéose, puisque le Britannique est monté sur la deuxième marche du podium, derrière Marc Márquez. Le numéro 35 a également mené plusieurs tours en début de course, avant que le duo composé de Márquez et Maverick Viñales ne prenne la poudre d'escampette. Derrière, Crutchlow a pu s'échapper pour assurer dans des conditions difficiles ce qui s'annonçait comme une troisième place, avant qu'elle ne se transforme en deuxième position suite à la chute du pilote Yamaha.
"Nous sommes absolument ravis ! L'équipe a fait du bon travail pour me construire une moto capable d'être sur le podium aujourd'hui. Il me manquait un peu pour partir avec les deux premiers, mais nous pensons que c'était le pneu arrière, car le mien était complètement détruit après quatre ou cinq tours d'attaque derrière eux", a-t-il déclaré au site officiel du MotoGP.
Sa violente chute de 2018, au virage 1, avait laissé Crutchlow avec de graves blessures à la cheville droite, l'ayant fait manquer toute la fin du championnat. Le téméraire Britannique a avoué que pour la première fois de sa carrière, un accident l'avait fortement secoué mentalement. De quoi rendre le voyage de retour vers Phillip Island difficile et stressant...
"Quelle année ! Revenir après la blessure, toute la récupération où je me demandais si je pourrais ne serait-ce que piloter une moto de nouveau.... et maintenant être sur le podium ici. Je n'ai jamais eu une chute à laquelle j'ai repensé, je revenais sans y penser, mais là celle-ci m'a hanté toute l'année. J'ai dit à [ma femme] Lucy avant de venir que j'avais peur, car on ne sait jamais si ça ne peut pas se produire de nouveau, on y pense", avoue-t-il. "Je pense que nous avons prouvé qu'il n'y avait pas de quoi [avoir peur dimanche], et j'ai d'ailleurs revu le chirurgien qui a fait l'opération ici : il a sauvé ma carrière, honnêtement."

Un podium entre potes

"Toute l'équipe le mérite. Nous savons que nous avons eu de la chance de finir deuxième, Maverick méritait d'être sur le podium, mais c'est super d'y être avec mon pote Jack !" se réjouit l'Anglais. Et c'était effectivement la belle histoire de ce Grand Prix d'Australie, la troisième place du régional de l'étape, Jack Miller. Le pilote australien avait d'ailleurs revêtu une livrée différente pour l'occasion, rappelant l'époque des chevaliers. De quoi donner quelques sueurs froides à Crutchlow quand il a aperçu son ami derrière lui en course !
"C'est super d'être sur le podium avec ces deux gars, [dont] Jackie, qui s'est battu comme un cheval de guerre. T'es censé être quoi, un guerrier en armure ?" a-t-il interpellé Miller en souriant. "Je l'ai appelé avant la course et je lui ai dit de me suivre car j'allais remonter, puis quand j'ai vu son cuir je me suis dit que ce n'était pas une bonne idée car on aurait dit 'Bullet Man' !" Et au niveau des festivités d'après-course, quel était l'avis de Crutchlow ce dimanche ? "Je n'y prendrai pas part, ça je peux vous le dire ! Car Jack n'arrivera pas en Malaisie, c'est sûr, c'est sa fin de saison je pense, car s'il sort avec ses potes il vaut mieux lui dire bravo maintenant ! [rires]"

En course, Cal Crutchlow s'est également retrouvé légèrement bousculé par Marc Márquez, quand celui-ci souhaitait remonter au plus vite sur Maverick Viñales, pour éviter de voir la Yamaha s'échapper. Une manœuvre virile mais correcte qui n'a pas dérangé plus que cela le numéro 35, malgré un petit souci de logistique en découlant !
"Je pense qu'il voit les choses différemment de nous de temps en temps ! Mais je n'ai aucun souci avec le dépassement, je suis resté sur la moto et voilà. Nous pilotons des motos, parfois il y a des contacts, parfois non. On sait que Marc fait parfois ce genre de choses, mais je ne lui ai jamais laissé beaucoup de place ! Je ne sais pas où il a vu qu'il pouvait passer. Et puis mon gant a commencé à tomber ! J'ai essayé de le remettre pendant un tour, je dépassais Iannone en ligne droite en essayant de remettre mon gant !" décrit l'Anglais.
"Je n'ai aucun souci avec la bataille, Maverick et Marc ont piloté de manière fantastique, et je sens que nous avons bien piloté pour terminer sur le podium. Bravo à mon équipe et à Honda, et on a hâte d'aller en Malaisie maintenant."
Revenir en haut Aller en bas
jeusetmatch

jeusetmatch

Messages : 65359
Date d'inscription : 02/12/2011

MOTO GP : GRAND PRIX D'AUSTRALIE PHILIP ISLAND 25 au 27 octobre - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: MOTO GP : GRAND PRIX D'AUSTRALIE PHILIP ISLAND 25 au 27 octobre   MOTO GP : GRAND PRIX D'AUSTRALIE PHILIP ISLAND 25 au 27 octobre - Page 2 Icon_minitimeJeu 31 Oct 2019 - 18:40

2e du championnat, Dovizioso voit le verre à moitié vide

https://fr.motorsport.com/motogp/news/dovizioso-vice-champion-decu/4588476/?nrt=112
MOTO GP : GRAND PRIX D'AUSTRALIE PHILIP ISLAND 25 au 27 octobre - Page 2 Andrea-dovizioso-ducati-team-1
Par : Léna Buffa
28 oct. 2019 à 12:15

Le pilote Ducati peine à trouver des éléments positifs dans cette saison 2019 qui touche à sa fin et qui, comme les précédentes, lui rapporte la médaille d'argent. Le GP d'Australie aura ainsi été à l'image de son championnat et l'a laissé sur sa faim.

Assuré d'être vice-Champion du monde pour la troisième année consécutive, Andrea Dovizioso avait pourtant la mine des mauvais jours à l'issue de la course de Phillip Island, aussi déçu qu'au terme des épreuves précédentes par son incapacité à se mêler à la bagarre pour la victoire. S'il s'attendait à des difficultés sur la piste très particulière de Phillip Island, qui ne lui a jamais vraiment réussi, le pilote Ducati ne pouvait que regretter malgré tout l'écart qui le séparait du vainqueur à l'arrivée.
Qualifié seulement dixième, Dovizioso s'est installé dès le départ dans le groupe très fourni qui s'est constitué à l'avant de la course, et dont allaient finir par se détacher Viñales, Márquez et Crutchlow. Dès lors, il allait se confronter jusqu'à l'arrivée à toutes les motos du plateau à la seule exception de la KTM, pour tenter de se frayer un chemin dans ce groupe, mais sans parvenir à remonter plus haut que la septième position au terme des 27 tours.
"La septième place, ça n'est pas très bon, bien sûr. On avait la possibilité de finir troisième, et ça c'est positif, mais clairement l'écart ne l'est pas, c'est le problème", souligne le pilote Ducati auprès du site officiel du MotoGP, alors qu'il accusait 15"2 de retard sur le vainqueur. Par le résultat de la course comme celui du championnat, ce Grand Prix d'Australie était donc perçu par Andrea Dovizioso comme la confirmation que 2019 aura été une saison moins solide que les deux précédentes malgré sa place de "meilleur des autres".

"C'est une nouvelle confirmation de ce qu'a été cette saison. On a connu plus de hauts et de bas et on a eu plus de difficultés cette saison", reconnaît-il. Classé deux crans plus haut à l'entame du dernier tour, Dovizioso a perdu gros en se faisant une chaleur dans le virage 2, mais ce n'est pas selon lui ce qui doit lui donner des regrets. "On n'est pas aussi rapides que l'année dernière. On a pris 15 secondes et ça c'est négatif. J'aurais pu terminer troisième mais en étant simplement plus rapide d'une seconde, alors ça n'est pas ça le souci. On ne peut pas être content de ça, c'est la réalité du moment."
"Ce qu'il y a de bon aujourd'hui c'est qu'on a confirmé la deuxième place au championnat. Avec toute ce qui s'est passé cette saison, finalement on n'a pas été trop mauvais, [même si] Marc a fait la différence. […] Avec tous les hauts et les bas de cette saison, on est deuxième et on le confirme à deux courses de la fin. C'est le point positif, mais on n'est pas si compétitifs que ça et je ne suis pas tellement content", avoue le pilote italien.
Revenir en haut Aller en bas
jeusetmatch

jeusetmatch

Messages : 65359
Date d'inscription : 02/12/2011

MOTO GP : GRAND PRIX D'AUSTRALIE PHILIP ISLAND 25 au 27 octobre - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: MOTO GP : GRAND PRIX D'AUSTRALIE PHILIP ISLAND 25 au 27 octobre   MOTO GP : GRAND PRIX D'AUSTRALIE PHILIP ISLAND 25 au 27 octobre - Page 2 Icon_minitimeJeu 31 Oct 2019 - 18:47

Dovizioso critique les pilotes pensant à leur intérêt avant la sécurité

https://fr.motorsport.com/motogp/news/dovizioso-critique-pilotes-interet-securite/4589171/?nrt=112

MOTO GP : GRAND PRIX D'AUSTRALIE PHILIP ISLAND 25 au 27 octobre - Page 2 Marc-marquez-repsol-honda-team
Par : Léna Buffa
29 oct. 2019 à 18:35

Le pilote Ducati a voulu profiter de la situation exceptionnelle connue à Phillip Island, où une réunion de la Commission de sécurité s'est tenue samedi en plus du traditionnel rendez-vous du vendredi soir, pour rappeler à chacun que la question de sécurité doit passer avant tout le reste.

En marge du Grand Prix d'Australie, le week-end dernier, Andrea Dovizioso s'est montré très critique à l'égard de pilotes qui, selon lui, font passer leur intérêt personnel avant la sécurité lorsqu'il s'agit de prendre des décisions en commun. Le pilote Ducati s'exprimait à la suite de la réunion extraordinaire de la Commission de sécurité qui s'est tenue samedi, après que Miguel Oliveira a été victime d'une lourde chute lors des EL4, désarçonné par une forte rafale de vent sur la piste très exposée de Phillip Island.
Lors de la réunion organisée au pied levé alors que le pilote portugais se trouvait au centre médical, 18 des pilotes présents ont voté pour la suspension des essais pour la suite de la journée, ce qui a engendré le report des qualifications au dimanche matin. Trois coureurs étaient cependant favorables à la poursuite de la journée, ce qui a poussé l'Italien à un rappel à l'ordre général quant au recul nécessaire dans ce genre de discussions.
"Je n'ai pas été surpris", a expliqué Dovizioso au sujet de cette absence d'unanimité. "Franchement, pour moi, la Commission de sécurité c'est merveilleux et je suis très content d'en faire partie et qu'elle ait été créée. Nous, pilotes, avons la possibilité de donner notre avis et je crois que l'organisateur a compris que l'on peut donner des suggestions importantes pour la mise en sécurité des pistes mais aussi pour prendre certaines décisions."

"Cependant, je remarque dernièrement une chose qui ne me plaît pas beaucoup, c'est-à-dire qu'il y a des pilotes qui poussent dans une certaine direction, pour leur propre intérêt. Ça ne me plaît pas. Je comprends que ce soit difficile, mais il faudrait être un minimum plus objectifs avec la sécurité. À mon avis, il faut séparer ce qui convient à soi-même et le fait de parler de sécurité", a ajouté le pilote Ducati, indiquant qu'il était "assez évident" que certains avaient pensé à leur propre intérêt lors de cette réunion.
"Il ne faut pas oublier pourquoi la Commission de sécurité existe et ce que c'est. Son nom même l'indique. À mon avis, certains pilotes devraient mieux comprendre ce qu'est la Commission de sécurité : elle est seulement faite pour la sécurité. Je crois donc que dans ces cas-là, il faudrait se mettre en retrait et ne parler que de sécurité, pas seulement pousser pour ce qui nous va."

Marc Márquez qui s'était exprimé en faveur de la poursuite des essais lors de cette réunion, n'a pas apprécié l'accusation lancée par Andrea Dovizioso et a défendu son point de vue. "Des intérêts personnels, j'en ai peu, mon travail est déjà fait", a répondu l'Espagnol en référence au fait qu'il est déjà assuré du titre. "Je n'ai aucun problème avec le fait que l'on ait annulé [les qualifications samedi], mais si demain il y a le même vent, que se passera-t-il ?" questionnait-il. "Si aujourd'hui c'est dangereux, ça le sera aussi demain."

"Une opportunité de faire quelque chose" pour Zarco


Bien qu'ayant exprimé un avis dissident, Márquez s'est rangé à la majorité et a défendu la sagesse de l'annulation décidée, estimant que s'il était possible de rouler cela représentait toutefois un risque, sans doute inutile à la veille de la course. Johann Zarco a lui aussi respecté le vote de la majorité, même si dans un premier temps il avait jugé que les conditions permettaient de poursuivre les essais.
"Dangereux… C'est difficile à dire. On n'était pas tous d'accord, mais la majorité ne voulait pas rouler", expliquait le Français auprès de Sky Italia. "L'asphalte était correct et on était d'accord que si cela avait été mouillé, comme dans le cas de Silverstone [en 2018], c'était pire. Si Miguel n'était pas tombé, on serait peut-être repartis. Au bout de la ligne droite, soit on freine et on entre en prenant la trajectoire normale, soit il y a du vent et il nous pousse dehors, alors il valait mieux attaquer chaque freinage au milieu de la piste. Pour moi, c'était une opportunité de faire quelque chose. Il est certain qu'on ne peut pas piloter normalement, mais au moins on essaye et en faisant comme ça je n'étais pas si mal."

La dégradation des conditions peu après cette réunion, avec le retour de la pluie sur le circuit australien, a fini de convaincre Johann Zarco que rester au stand était la décision la plus sage à prendre. "Quand nous avons décidé et que nous sommes revenus au box, il y a eu une énorme averse pendant quelques minutes. Alors quand on voit la pluie et ce vent, on comprend qu'il valait mieux arrêter", a-t-il conclu.



Avec Oriol Puigdemont et Michaël Duforest
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MOTO GP : GRAND PRIX D'AUSTRALIE PHILIP ISLAND 25 au 27 octobre - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: MOTO GP : GRAND PRIX D'AUSTRALIE PHILIP ISLAND 25 au 27 octobre   MOTO GP : GRAND PRIX D'AUSTRALIE PHILIP ISLAND 25 au 27 octobre - Page 2 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
MOTO GP : GRAND PRIX D'AUSTRALIE PHILIP ISLAND 25 au 27 octobre
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
UN FORUM POUR TOUS CEUX QUI AIMENT OU QUI VEULENT DECOUVRIR LE TENNIS :: LE SALON DES AUTRES SPORTS :: LES SPORTS MOTOS-
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Sauter vers: